Incendie à Pita : Gassama Diaby lance une campagne de solidarité

05 novembre 2017 15:15:58
1

En marge de la semaine nationale de la citoyenneté et de la paix (SENACIP), le ministre de l’unité nationale appelle à l’esprit de solidarité envers les victimes de l’incendie mystérieux à Pita.

Depuis un mois, des feux mystérieux ont consumé au moins 75 cases dans quatre districts de Donghol Touma, c’est dans la préfecture de Pita en Moyenne Guinée, faisant d’énormes dégâts.

En consequence, les populations victimes, dont des personnes âgées, dorment à la belle étoile.

Visiblement touché, le ministre Gassama Diaby entend mettre la main à la poche pour soutenir les victimes.

Cette chaîne de solidarité ne se limitera pas à Conakry mais sera également lancée à Pita, la préfecture touchée.

  • CONDÉ ABOU

    La décision du Ministre Gassama Diaby va dans la très bonne direction, et disons-lui, merci pour son initiative et son inspiration.

    Ceci dit, le problème est plus complexe. Comment expliquer le silence de l’Etat face à cette situation récurrente dans la même Préfecture de Pita, et dont on a pas d’explication claire jusqu’à présent sur l’origine des incendies ?

    Quelle est la politique nationale en matière de prévention et de lutte contre les catastrophes naturelles, à supposer que ce qui se passe à Pita soit classé dans la catégorie d’une catstrophe naturelle ? Faut-il encore et cette fois-ci que le pays s’en remette à la charité du Programme Alimentaire Mondial comme ce fut le cas en 2014 ?

    Tout le monde se souvient de l’histoire de mystérieux incendies qui ont détruit plus de 346 cases de neuf districts de Tangan (293 km de Conakry), faisant plus de 800 sinistrés, en 2014.

    En trois mois, selon la Presse, neuf villages de cette localité entourés par une chaine de montagnes, ont vu plus de 346 de leurs cases sur 700, être la proie des flammes, de même qu’une partie du cimetière et plusieurs arbres fruitiers.

    En Janvier 2016, à Faranah, un incendie s’était produit, à Balaya-centre un village de la sous-préfecture de Banian, causant un bilan dramatique de 52 cases et leurs contenus entièrement calcinés, selon le correspondant de l’Agence Guineenne de Presse dans la Région Administrative (RA) de Faranah, que j’ai lu.

    Le feu, dont l’origine est demeurée inconnue, s’était propagé aux cases de Balaya-centre plongeant du coup tout le village dans la désolation.

    Dans tous les pays qui entourent la Guinée, les Fonds Nationaux contre les catastrophes naturelles existent et leurs actions sur le terrain, sont régulièrement rapportées par la Presse.

    Que dit la Loi en Guinée à propos de l’assistance et du soutien aux compatriotes sinistrés, comme par exemple la dernière inondation qui avait frappé dans la région Forestière, ou alors les multiples cas d’incendie récurrents dans le reste du pays ?

    Je pense qu’il serait vivement souhaitable d’intervenir immédiatement en faveur des populations sinistrées de Pita, puis, poser la question de la gestion des catastrophes naturelles afin qu’elle soit plus amplement débattue et que l’Etat inscrive dans ses priorités des sujets aussi graves pour les communautés rurales particulièrement.