« Hausse du prix de poisson » : Immersion du ministre des pêches sur les marchés de N’zérékoré

13 juillet 2017 11:11:03
0

En séjour à N’zérékoré dans le cadre d’une mission d’évaluation des dégâts des inondations survenues la semaine dernière dans cette localité, le ministre des pêches, de l’aquaculture et de l’économie maritime a été interpellé par certains citoyens et journalistes sur la rareté et la hausse du prix de poisson.

Pour toucher du doigt aux réalités, le ministre André Loua accompagné des cadres préfectoraux et régionaux de son département s’est rendu dans la soirée du mercredi 12 juillet 2017 dans les différents marchés de la ville. Le chef du département des pêches s’est d’abord rendu dans les différents entrepôts pour constater la quantité et la qualité des poissons disponibles avant d’aller à la rencontre des femmes détaillantes.

« Certains citoyens ont communiqué aux journalistes qu’il n’y a pas de poisson sur le marché, que la qualité fait défaut et que le prix est exagérément fixé. Moi en tant que ministre des pêches dont la responsabilité première selon la lettre de mission qui m’a été confiée est de ravitailler la population convenablement et en prix abordable en produits halieutiques, j’avais l’obligation de me rendre dans les frigos et ensuite sur le marché où les vrais gens viennent s’approvisionner en poisson pour alimenter leurs familles. Le constat révèle donc que nous avons énormément de poissons dans les frigos et le marché est convenablement ravitaillé », précise-t-il.

Partout, la parole a été donnée aux femmes pour expliquer les difficultés auxquelles elles sont confrontées. Et dans leur majorité, elles ont reconnu qu’il y a une quantité suffisante de poissons. Elles ont aussi parlé de l’arrivée de certaines qualités qui ne venaient pas auparavant mais qui seraient aujourd’hui disponibles. Seul problème soulevé, le mauvais état de la route et la distance Conakry-N’zérékoré qui amèneraient les commerçantes à augmenter le prix.

Et par rapport justement au prix, le ministre André l’explique aussi par les conditions de transport et promet de revoir la situation. « C’est vrai quand on dit que le prix est un peu élevé. Mais nous allons voir parce que les conditions de transport sont un peu difficiles. Une fois à Conakry, on va évaluer avec les sociétés et voir dans quelle mesure on peut vendre le poisson à un prix relativement moins cher. Mais le constat final est qu’il y a du poisson, il y a de la bonne qualité et il n’y a pas de rupture sur le marché à N’zérékoré », dit-il.