Hausse du prix de la viande à N’Zérékoré : « C’est une nécessité », dixit le président de la chambre de commerce

05 août 2017 10:10:58
0

La chambre préfectorale de commerce de N’Zérékoré vient d’ajouter 3000 francs guinéens sur le kilo de viande. De 27 000, le kilo se vend désormais à 30 mille francs guinéens. L’information a été confirmée au micro de Guinéenews par le président de ladite chambre.

’’C’est une décision de la chambre préfectorale de commerce après consultation avec les bouchers’’, a déclaré El Hadj Abou Dramé, président de la chambre de commerce.  Selon lui, cette augmentation était devenue une nécessité.

«Après nos analyses, nous avons compris que nos bouchers ont beaucoup de difficultés. Au marché de Sinko (une sous-préfecture de Beyla, NDLR) où l’on achète des bovins, on a constaté que la plupart des bœufs vont maintenant en Haute Guinée. Parce que là-bas, la viande est vendue à 30 000 fg ce qui fait que ces commerçants achètent plus chère que ceux de N’Zérékoré. Il était arrivé un moment où on ne trouvait plus assez de bovins sur notre marché. N’Zérékoré tendait vers la fermeture de la boucherie. Donc au lieu que cela n’arrive, nous avons décidé d’augmenter de peu (3000fg) sur le prix du kilo de viande», a-t-il expliqué.

A l’en croire, les acheteurs de la Haute Guinée ne sont pas les seuls concurrents sur le marché des bovins. Il y a aussi ceux qui viennent des pays limitrophes comme le Libéria et la Côte d’Ivoire.

« Les gens quittent aussi la Côte d’Ivoire et le Libéria pour venir acheter des animaux. Quand les libériens viennent par exemple, ils sont avec du dollar. Et l’inflation est telle que quand on leur dise le prix en franc  guinéen, ils trouvent que ça ne vaut pas beaucoup en dollar, ils achètent sans discuter. Et nous, nous n’avons pas le contrôle des frontières. On en a plusieurs fois parlé à la douane mais cela n’a rien changé. Le phénomène continue toujours », déplore El hadj Abou Dramé, président de la chambre préfectorale de commerce de N’Zérékoré.

D’après lui, cette augmentation a tout de même permis d’équilibrer le marché. « Aujourd’hui, il n’y a plus de problème.  Le marché est équitable maintenant. Quand les marchands de bétail  de la Haute Guinée et de chez nous se rencontrent sur le marché, chacun  gagne sa chance au bénéfice de sa population », a-t-il ajouté.

Il a enfin rassuré la population de l’engament de sa chambre à tout faire pour maintenir ce prix.

Facely Konaté