Guinée : Sommées de quitter la chaussée, les vendeuses du marché de Koloma bloquent la circulation

19 septembre 2017 18:18:41
0

La tension était vive ce mardi matin au marché de Koloma dans la commune de Ratoma. Des femmes vendeuses sur la chaussée en colère ont occupé la routeen érigeant des barricades perturbant la circulation routière. Durant des heures, une longue file de véhicules s’est formée sur ce tronçon obligeant des usagers à rebrousser chemin. Ces manifestantes chassées des emprises de la voix publique s’opposent à leur déguerpissement et accusent les responsables du marché d’être à la base de cette situation. L’incident a fait quelques blessées, à constaté sur place Guinéenews©.

« On est sorti dans la rue pour bloquer la circulation afin de dénoncer une injustice. Toutes ces femmes que vous voyez ici, ont acheté des places. Certaines 100 mille, 300 mille, d’autres 400 mille. Moi personnellement, j’ai donné à plusieurs reprises de l’argent aux responsables du marché puisque quand tu voyages, on revend ta place à une autre personne et tu es obligée de verser une autre somme d’argent à ton retour pour avoir une autre place », accuse une vendeuse très remontée.

Sur la même lancée, une autre mère de famille accuse les responsables du marché de Koloma d’avoir confisqué leurs marchandises et détruit leurs tables. Elle a d’ailleurs été blessée pendant l’incident. « C’est nous qui faisons vivre nos familles et si on nous chasse ici comment on va faire ? Le matin, nous avons trouvé que toutes nos tables ont été ramassées. Les femmes ont donc mis des pneus sur la route pour empêcher les mouvements des personnes. Entre temps, quelqu’un a lancé une pierre qui m’a touché sur la tête, vous avez vu le sang. Et ce sont les responsables du marché qui sont derrière cette situation », affirme-t-elle.

Ces femmes déguerpies occupent un espace appartenant à un citoyen qui y a construit un centre commercial. Selon l’administrateur du marché, elles ont reçu un avertissement.

« Nous avions essayé de dégager les gens sur ce carrefour parce que le lieu n’est pas approprié pour faire le commerce, il y a souvent des accidents. Ces femmes sont informées depuis longtemps. C’est ainsi qu’on a décidé de les déguerpir ; on a fait le récemment et nous avons pris l’engagement que nous allons les mettre à la disposition des femmes responsables pour placer chacune d’elle dans un endroit plus adéquat », se défend Elhadj Abdoulaye Bangoura administrateur du marché.

Les femmes concernées par ce déguerpissement ne sont pas prêtes à se plier à la décision de l’administration du marché. Au moment où nous quittions les lieux, la plupart d’entre elles, étaient déjà revenues sur les lieux pour s’installer à nouveau et continuer leur vente.