Guinée : L’UFR de Sidya Touré décèle une faiblesse en son sein

03 décembre 2017 19:19:40
0

L’adage populaire nous enseigne que lorsqu’un fou se rend compte de sa folie, il est à moitié guéri. Cette citation convient le mieux au parti dirigé par l’ancien premier ministre Sidya Touré, qui devrait désormais s’attaquer à la racine du mal qui le ronge afin de réaliser son ultime penchant d’être à Sèkhoutouréya à l’issue de la présidentielle de 2020.

Et ce mal n’est autre que l’incapacité notoire de certains responsables de l’Union des forces républicaines (UFR) à garder des yeux doux aux nouveaux adhérents en vue de leur maintien au sein du parti. C’est du moins ce qu’a regretté son vice-président, le parlementaire Bakary Goyo Zoumanigui.

Fraichement rentré d’une mission du parti dans la région forestière, le député Zoumanigui a rappelé qu’au cours de cette mission, il a constaté que beaucoup de gens aujourd’hui viennent vers l’UFR.

« Et comme on le dit souvent, les gens viennent vers nous. Seulement ce qui nous manque, c’est l’aptitude de certains responsables à les accueillir au sein du parti et à les y maintenir. Parce que quand il y a un nouvel adhérent, il faut que les responsables s’occupent de lui, l’introduisent très bien dans le parti et fassent en sorte qu’il se retrouve comme un ancien militant. Cela nous manque à beaucoup de niveaux », a déploré le président de séance de l’assemblée générale hebdomadaire de ce samedi 2 décembre 2017.

Le message est-il tombé dans les oreilles attentives ? L’avenir nous l’édifiera. Toujours est-il que ce phénomène existe au sein de plusieurs grands partis où on parle souvent de militants de première heure et de militants arrivistes de la seconde heure.