Guinée : La jeunesse de Kankan dans la rue pour protester contre l’esclavage en Libye !

02 décembre 2017 23:23:49
1


Les protestations contre la maltraitance et la vente des êtres humains en Libye continue de faire des vagues en Afrique et ailleurs dans le monde. A Kankan, c’est un groupe de jeunes qui a marché ce samedi 02 décembre dans les rues du centre-ville pour, dit-il exprimer sa colère et sa désapprobation de la situation des jeunes noirs africains en Libye.

Avec des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : « Non à l’esclavage en Libye ! L’homme noir n’est pas une marchandise ! Liberté pour nos compatriotes en Libye » ; ce groupe de jeunes a marché du rond-point Komarala jusqu’à la résidence du préfet, en passant par le carrefour M’Balia, le marché Sogbè et le rond-point de l’Eglise.

A la résidence du préfet, c’est Aziz Diop entouré des présidents de la délégation spéciale de la commune urbaine et celui de la société civile préfectorale entre autres, qui a reçu les marcheurs. Là, une minute de silence à la mémoire des jeunes morts sur le chemin de l’aventure et des allocutions ont été prononcée.

Amadou Oury Souaré, porte-parole des jeunes leaders de Kankan a dans son intervention, condamné les pratiques esclavagistes en Libye avant d’interpeler les dirigeants africains pour y mettre fin. Avec des bilans assez macabres du phénomène de l’immigration clandestine, le président de la société civile préfectorale de Kankan Alphonse Yombouno a surtout déconseillé les jeunes qui aspirent entreprendre ce voyage périlleux.

Quant au préfet Aziz Diop, il a salué l’initiative des jeunes de Kankan qui, pour lui ont fait à travers cette marche preuve de leur maturité. Sans ambages, M. Diop à exprimé son soutien à la jeunesse de Kankan avant de l’encourager à l’esprit d’entreprise.

La marche protestation des jeunes leaders de Kankan contre l’esclavage et la vente des êtres humains en Libye est une première. Elle s’est déroulée pendant plus de 3 heures sans incidents.

  • Amadou Dioulde Souare

    Les discours sur l’esclavage en Libye est un faut débat. La vraie question, c’est: Pourquoi ces jeunes veulent quitter leurs pays a tout prix, même de la mort?

    Nous, Africains, nous nous attardent toujours sur ce qui est moins important. Est-ce que ce sont les libyens qui viennent les chercher, les aider à traverser toutes les frontières et le plus grand désert du monde?

    La Libye, elle-même, se cherche. Elle s’est effondrée, et avec elle, tout le continent noir, sans que personne de dise rien à ceux qui l’ont détruite.

    La jeunesse africaine est abandonnée à elle-même: pas d’éducation, pas d’emplois, pas de liberté, pas de justice, pas de nourriture, pas d’électricité, pas de …. Pas de …. La liste ne finira jamais.

    Pendant ce temps, nos présidents sont les plus riches du monde. Y’en a qui peuvent l’être plus que Bill Gates. Y’en a qui se sont maintenus au pouvoir pour des décennies …….

    Que voulons-nous que notre continent devienne?

    Au 15iem-19iem siècles, c’était l’esclavage officialisée ;

    De la fin du 19iem au milieu du 20iem, le partage et la colonisation de notre continent (l’esclavage le plus redoutable et destructeur) ;

    Du milieu à la fin du 20iem siècle, notre continent a connu des dictatures les plus sanglantes par des africains eux-mêmes (une autre forme d’esclavage). Dans la même période, le colonialisme a pris une autre forme : le néo-colonialisme, y compris les Programmes d’Ajustement Structurel, qui ont obligé les gouvernements à abandonner les programmes de développement, notamment l’éducation, la santé, l’agriculture vivrière au profit d’une agriculture d’exportation, et les infrastructures de base.

    La corruption, le laisser aller, le népotisme, la gabegie financière, les détournements des deniers publiques, la médiocrité, la fanfaronnade, la cupidité de l’élite africaine ont conduit à la mal gouvernance, la paupérisation des masses populaires, le chômage endémique – qui a conduit au désœuvrement de la jeunesse – obligeant les jeunes à chercher à trouver un avenir plus radieux en Europe notamment.

    Dans son désormais très célèbre livre, paru en 1962, l’ingénieur agronome français, René Dumont disait que l’Afrique Noire était mal partie. Tout le monde le qualifiait donc de raciste, afro-pessimiste, et d’autres noms d’oiseaux de mauvais augure. Mais, je pense que ce livre est plus que d’actualité. Nous étions mal partis, au début des indépendances. Plus d’un demi-siècle après, on va toujours mal, même pire que ce que Dumont avait prévu.

    Les vrais criminels dans l’affaire de vente aux enchères de nos frères et sœurs en Libye, ne sont pas le petits libyens que CNN a montrés au petit écran ou YouTube, les vrais criminels sont ceux de nos concitoyens qui dilapident nos ressources économiques et humaines, détournent les deniers publiques pour leurs intérêts personnels et égoïstes, qui bafouent nos systèmes éducatifs dans le but d’abrutir la jeunesse en vue de la dominer sans qu’elle ne soit en mesure de s’en rendre compte.

    Les crimes que certains dirigeant africains ont commis et continu de commettre, relèvent du crime de guerre, crime contre l’humanité, tout comme, sinon pire que la traite des Noirs ou même les deux guerres mondiales réunies.

    Il ne faut pas s’attaquer à l’effet, mais a la cause.

    Que pensez-vous de ma petite opinion ?

    Merci à tous.