Guinée : Elle accouche des triplés, à Macenta mais deux meurent par la négligence des agents de l’hôpital

27 juin 2017 13:13:20
0

Une jeune dame du nom de Senia Toupou, a accouché dimanche 25 juin 2017, des triplés à l’hôpital préfectoral de Macenta. Agée de 28 ans, elle a été admise au sein de cette structure sanitaire en provenance de Fassankoni, un village situé à environ 70 kilomètres du centre-ville.

Par manque de moyen et la négligence des agents de l’hôpital, la dame Senia a perdu deux de ses enfants qui ont été évacués à l’hôpital régional de N’zérékoré à bord d’une voiture en commun sans aucune assistance. C’était hier lundi 26 juin 2017.

« C’est le dimanche que nous sommes arrivés à l’hôpital de Macenta. Ils m’ont dit que ma femme doit subir une césarienne. Les heures suivantes, elle a accouché des triplés. C’est-à-dire, trois enfants et tous des garçons. Nous avons passé toute la nuit de dimanche au sein de l’hôpital. Lundi matin, ils m’ont dit que les enfants doivent être évacués au service de réanimation de l’hôpital régional de N’zérékoré et c’est là-bas que deux sont décédés.  Ce qui est très déplorable dans cette situation, c’est le fait qu’on a évacué les enfants en laissant leur maman à Macenta. Et pire, on nous a dit de chercher un taxi qui part à N’zérékoré à notre frais. Et c’est dans une voiture en commun que les enfants ont été transportés. Nous sommes partis à N’zérékoré sans être au moins accompagné par un médecin. On nous a dit seulement de partir et qu’il y a des bonnes volontés qui pourront nous aider. Est-ce que c’est comme ça qu’on doit faire », déplore Tokpa Toupou, mari de la dame.

Selon lui, les seuls responsables du décès de ses deux enfants sont ceux de l’hôpital qui n’ont pas su jouer leur rôle. Quant aux troisième enfant qui serait encore vivant, son papa dit ne pas être au courant de ses nouvelles.

« Depuis hier, je demande sa situation mais on ne me dit rien. Quand j’arrive là-bas on me dit de sortir », nous a-t-il confiés.

A la question de savoir s’il portera plainte contre les responsables de l’hôpital pour la mort de ses enfants, notre interlocuteur précise : « Moi je vis au village ; donc je ne sais pas comment cela se passe. C’est pourquoi j’ai décidé d’informer mon frère qui est à Fria. »

Pour l’instant, nos tentatives de rentrer en contact avec Dr Savané, directeur de l’hôpital préfectoral de Macenta restent vaines.

Nous y reviendrons…