Guinée : Des artistes et des journalistes dans le viseur du RPG-arc-en-ciel

13 août 2017 0:00:31
0

D’abord égratignées par le député Mohamed Lamine Kamissoko, les deux stars du reggae guinéen (Elie Kamano et Takana Zion) seront ensuite bien décriées par le préfet de Siguiri, Ibrahima Kalil Keita. « Moi je connais, dans l’histoire des danses et musiques, c’est dans les salles de spectacles. Mais, un reggaeman dans la rue, c’est le sabotage. C’est la vérité ! C’est la vérité ! », estime-t-il.

Pour l’ancien commissaire de la CENI, il n’y a pas lieu de manifester contre Alpha Condé, notamment contre un troisième mandat qui n’a jamais été déclaré par le président de la République. « Je prie les Guinéens d’aider le Professeur Alpha Condé à réaliser son programme de développement pour l’intérêt du peuple de Guinée […]. Le bonheur et le malheur sont impersonnels, ils n’ont ni race, ni ethnie, ni religion, même pas de considération politique ou politicienne », a poursuivi M. Keita.

Pour sa part, sans nommer qui que ce soit, le député Mohamed Lamine Kamissoko estime que les artistes, et même les journalistes, en font parfois trop. « Connectez-vous. Vous verrez des caricatures du chef de l’Etat qui sont des caricatures inadmissibles », a déploré le député Kamissoko avant de procéder à cette comparaison : « le Sénégal s’est engagé dans la voie de la démocratie quelques années avant la Guinée. Mais, un journaliste n’a qu’à oser manquer du respect à Macky Sall. Un artiste n’a qu’à essayer de descendre dans la rue, si tu as l’occasion. »

« Toute chose à une limite…Nous sommes régies par des textes de loi », a souligné le député de la mouvance présidentielle.