jeudi, 30 mars 2017, 02:38 GMT

Comme annoncé dans une de nos précédentes dépêches, la ville de Guéckédou a connu ce mardi 14 mars, une journée mouvementée. A l’origine de ces affrontements entre forces de l’ordre et jeunes manifestants, une décision de justice ayant condamné l’ex-maire de la commune rurale de Koundoulengobendo, Fara Désiré Koundouno ainsi que deux de ses collaborateurs.

 

Durant toute la journée, des jeunes décidés à faire libérer l’ex-maire ont affronté les agents de sécurité. Selon une source hospitalière, deux personnes ont été tuées lors des manifestations. Ont-elles été tuées par balles ? Notre source ne le dit pas. Selon lui, il faut attendre encore pour pouvoir déterminer de quoi elles sont mortes.

« Je confirme qu’il y a eu deux morts. Il s’agit d’une femme nourrice qui revendait du manioc et qui a reçu la balle alors qu’elle préparait. La deuxième victime est un enfant de 12 ans  qui n’avait rien n’à avoir aussi dans cette manifestation. Les gendarmes sous l’ordre du préfet ont tiré sur des gens comme ils veulent. Ils ont aussi arrêté beaucoup de nos amis…», nous a confiés un jeune manifestant.

Contacter par notre rédaction, le préfet Mohamed V Keita n’a pas voulu se prêter à nos questions. « Mon frère, je suis désolé mais je ne peux rien vous dire maintenant et d’ailleurs je suis à une réunion », nous a-t-il dit. Malgré notre instance pour confirmer ou infirmer les cas de morts, le préfet est resté catégorique.

Même réaction chez le commandant de la gendarmerie de Guéckédou qui nous a simplement demandé de se référer au chargé de communication de la gendarmerie nationale, le colonel Mamadou Alpha Barry.

« Je n’ai aucune information fiable par rapport à cette situation. On me parle de mort mais je ne sais pas… j’ai appelé le commandant de la gendarmerie qui m’a dit qu’il n’a pas vu de mort et de le laisser vérifier. Donc, je ne peux pas vous dire quelque chose pour l’instant », dira le colonel Mamadou Alpha Barry, l’officier de communication de la gendarmerie nationale.

Il faut rappeler que Fara Désiré Koundouno, l’ex-maire de Koundoulengobendo et transfuse du RPG Arc-en-ciel a été condamné ce mardi ainsi que deux de ses collaborateurs à une peine de trois ans de prison, une amande de cinq millions et le remboursement de plus de cent millions de francs guinéens dont il est accusé d’avoir détourné.

Affaire à suivre…

Facely Konaté

Correspondant à N'zérékoré, Guinée Forestière.

Facely Konaté