Guéckedou: 6 blessés dont un par balle dans une manifestation (témoignage)

05 novembre 2017 13:13:06
0

La ville de Guéckedou est en ébullition depuis ce matin du dimanche 05 Novembre 2017. En effet selon des témoignages recueillis sur place ce sont des donzos qui sont chargés de sécuriser le marché qui ont appréhendé 3 voleurs dans une boutique où on vend plusieurs articles dont des motos. Informées, les forces de sécurité ont investi les lieux pour récupérer les malfaiteurs dans les mains de la population qui voulait les lyncher. Une doléance qui n’est pas du gout des citoyens qui ont commencé à jeter des pierres et paralyser les activités de la ville. On dénombre pour l’heure (12heures 37) 6 blessés dont le commandant de gendarmerie territoriale de Guéckedou, Kissidougou et Macenta. 

 

« La ville est paralysée depuis 5 heures du matin on a appréhendé des voleurs dont un gendarme dans une boutique la population voulait les brûler et les gendarmes ont refusé. Conséquence : les jeunes se sont révoltés et ont commencé à jeter des pierres, » témoigne Ibrahim Sylla conducteur de taxi moto. 

 

Faya Moussa 2 Kamano journaliste correspondant du groupe Evasion dans la région forestière parle de 6 dont 1 par balle. Parmi eux le commandant de la gendarmerie territoriale de Guéckedou Kissidougou et Macenta Lieutenant-colonel Mamadou Bailo Condé. 

 

 » Selon les informations recueillies sur place des voleurs ont été pris en flagrant délit vers 5 heures du matin ce dimanche ;la population n’ayant plus confiance en la justice a voulu les lyncher et les gendarmes les en ont empêché et ça a dégénéré. Dans la foulée un jeune a été blessé par balle et lieutenant-colonel Mamadou Bailo Condé battu par les jeunes. Selon les même sources un gendarme ferait partie des voleurs, » explique le journaliste.

 

À l’heure où nous mettions cette dépêche en ligne les blessés étaient admis à l’hôpital préfectoral de Guéckedou. 

 La population accuse le lieutenant-colonel Mamadou Bailo Condé d’être complice des malfaiteurs. Les gendarmes peinent encore à récupérer les voleurs des mains de la population qui les a enfermés dans les boutiques