Grève : Les trois points qu’exige le Syndicat des enseignants et chercheurs de Guinée

13 novembre 2017 11:11:14
0

Le secteur éducatif guinéen reste affecté depuis ce lundi 13 novembre 2017. Ceci fait suite à l’arrivée à terme du préavis de grève lancé par des membres du Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (Slecg).

Toute chose qui balise la voix vers la mise en pratique du mot d’ordre qui doit s’étendre sur l’ensemble du territoire national. Joint par les soins de votre quotidien électronique Guineenews, le secrétaire général adjoint du Slecg s’est tout d’abord réjoui du suivi du mot d’ordre de grève lancé par sa structure syndicale.

« Le mot d’ordre de grève est maintenu et est largement suivi au moment où je vous parle, notamment à Kaloum, à Dixinn, à Matam, Matoto et à Ratoma, ainsi que dans les villes de l’intérieur du pays. Aucun enseignant ne se trouve en classe au moment où je vous parle. Mais, les responsables des établissements ont maintenu les élèves dans les classes, pour ne pas qu’ils sortent dans les rues. Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (Slecg) », nous a laissé entendre le camarade Soumah au bout du fil.

A la question de savoir les points mentionnés dans la plateforme revendicative du Slecg, notre interlocuteur confie : « Le Slecg exige la levée de la suspension des camarades, le paiement intégral du point d’indice à compter de la fin de ce mois de novembre et un salaire minimum des enseignants au moins à 8.000.000 GNF ».

« Les deux syndicalistes suspendus sont : notre répondant lui-même et la camarade chargée des négociations du Slecg, Mme Kadiatou Bah. »