lundi, 27 février 2017, 20:17 GMT

L’année 2016 part avec son cortège de faits qui ont marqué l’actualité dans la cité de l'alumine, principalement dans les secteurs de l’environnement, de l’éducation, de la sécurité et de la santé.

 

Environnement

 

L’insalubrité et la  pollution ont été pointées du doigt par les populations et les médias. Les gens se sont retrouvés face aux tas d’immondices qui dégagent des odeurs  nauséabondes et   visibles à la devanture de  l’hôpital Pechiney et du parc de jeux. Une situation devant laquelle, les autorités  communales ont toujours montré leur incapacité, si bien que  les citoyens utilisent la méthode de l’incinération pour réduire les tas d’ordures qui jonchent partout. Ce qui, du coup, pollue la ville avec la fumée qui se répand dans toute la cité.

 

Education

 

Le secteur de l’éducation a été marqué par le manque de latrines et de fontaine dans la plupart des écoles et établissements de la commune urbaine ainsi que  dans  dans les sous-préfectures. Ce qui, parfois, perturbe le bon fonctionnement des cours avec des sorties régulières des élèves et des arrêts momentanés des cours par  les enseignants pour permettre aux élèves d'aller  se mettre à l’aise. L’inauguration de l’école franco-arabe sans latrines et fontaine a fait couler beaucoup de salive dans la cité car selon l’entrepreneur, le coût des travaux dépasse  trente millions fg.

Dans la sous-préfecture de Banguigny, les parents ont été pointés du doigt pour l’utilisation des enfants dans les travaux champêtres en pleine rentrée scolaire. Le DPE a dû monter au créneau pour ramener les parents à la raison afin qu’ils laissent les enfants aller à l’école.

 

Santé

 

Le volet  santé a été dominé par la rupture répétée de médicaments dans les deux centres de santé de la commune urbaine et surtout le manque de kits pour la  césarienne à l’hôpital préfectoral. Le manque d’entretien des chambres d’hospitalisation et l’état désastreux des toilettes de l’hôpital préfectoral étaient à déplorer, si bien que le ministère de la Santé, dans son projet de développement, a injecté 24.800.000.000 fg pour la rénovation et la construction de quelques services manquants dans ce centre hospitalier.

On a également assisté  à  des enterrements à la hâte, faute de chambre de froide pour la conservation des corps. Celle-ci est restée en panne pendant des mois. Ce qui  a interpellé les autorités communales qui ont fini par la réparer au coût de 2.500.000 fg.

 

Sécurité

 

Malgré le manque de moyens matériels d’intervention rapide, les services de sécurité, gendarmerie et police, ont mené des descentes et procédé à des arrestations de bandits et voleurs de grand chemin grâce à l’implication de la population qui a facilité les enquêtes. La présence des policiers et gendarmes a dissuadé au maximum les consommateurs de drogue.

 

Sports et Culture

Cette année, Fria  a eu l’opportunité de recevoir la phase finale des Jeux universitaires et de participer aux  Jeux régionaux de Boké, où Fria a raclé la plupart des trophées dans les disciplines telles que la natation, le volley-ball, l’athlétisme, la lutte africaine, le basket-ball.

En ce qui concerne la culture, l’organisation du  FRISTIVAL(Festival de Fria, 1ère  édition) a bouclé la fin d’année.  

 

Mamadou Guèye