François Bourouno : « Si les élections sont transparentes, je ne vois pas qui peut battre le PEDN…»

06 septembre 2017 12:12:58
0
En attendant de connaître le chronogramme des élections communales et communautaires prochaines, chaque parti politique s’active actuellement à mobiliser ses troupes pour le victoire et chacun croit à sa chance. Tel est le cas du Parti de l’Espoir pour le Développement National (PEDN) de l’ancien Premier ministre Lansana Kouyaté, comme le confirme Faya François Bourouno, porte-parole dudit parti dans un entretien accordé à votre quotidien en ligne.
« Le PEDN se porte très bien. Le parti, c’est d’abord la vision, après vient l’organisation et le travail quotidien d’animation et de mobilisation. C’est un ensemble d’éléments entre autres, qui explique l’existence et la vie d’un parti politique. Le PEDN a des instances qui fonctionnent, des assemblées se tiennent, les réunions des commissions techniques se tiennent.  Nous avons des organes qui fonctionnent, nous avons le bureau exécutif national qui anime ces activités, qui cordonne aussi les activités des autres structures à la base. Nous avons le corps de l’inspection politique qui travaille, il y a les inspecteurs des différentes régions qui travaillent très bien. C’est le lieu pour moi de remercier tous nos camarades qui travaillent d’arrache-pied pour le fonctionnement normal des organes fédéraux, des organes des sections et des sous-sections », affirme François Bourouno.
Parlant des prochaines élections communales et communautaires, le porte parole du PEDN aborde dans le même sens : « Nous sommes dans la perspective des élections communales, nous avons presque identifié toutes les zones dans lesquelles nous allons présenter des listes de candidature, nous avons des zones qui sont en train d’être identifiées pour des perspectives de listes conjointes avec d’autres dynamiques politiques qui existent. Et les zones dans lesquelles nous comptons présenter des candidats, les travaux de porte à porte sont en train d’être faits par nos candidats. Donc, le parti marche très bien sous la coordination du président El hadj Lansana Kouyaté et de son secrétaire national El hadji Ibrahima Kalil Diallo ».
Quelles sont les chances du PEDN aux prochaines élections après la promulgation du code électoral modifié qui donne désormais la possibilité aux partis politiques qui auront obtenu plus de voix de désigner les conseils communaux et des quartiers ?
« Je crois que l’un dans l’autre, le PEDN à ses chances et ses chances restent sauvegardées. L’essentiel c’est d’avoir la mobilisation pour avoir le maximum de conseils communaux élus. Parce que quelle que soit l’hypothèse, si vous avez le maximum de conseils communaux, a priori, ça voudrait dire qu’il y a des quartiers dans lesquels vous avez raflé le maximum de voix pour avoir des représentants que vous désignerez à ce niveau », répond M. Bourouno.
« Ce que nous avons déploré, c’est que chez nous, ce n’est pas ce que le PEDN gagne que nous voyons, mais c’est ce que le citoyen guinéen gagne que nous voyons. C’est ce que nous avions cherché. C’est pourquoi nous nous sommes battus pour cela et nous continuons ce combat. Aujourd’hui, le texte a été promulgué, mais nous comptons continuer ce combat pour qu’à la longue, nous puissions avoir une loi qui soit adaptée aux réalités, qui prenne en compte l’existence du citoyen dans sa localité », déplore t-il.
Comme tous les partis politiques qui vont à ces élections, le PEDN croit fermement à sa victoire dans ses bastions : «Le PEDN a des bastions qui sont connus. Je ne vois pas si les élections sont transparentes qui va battre le PEDN à Matoto. Je lance un défi à la CENI, au gouvernement et à tous les autres partis politiques. Engageons-nous pour que nous puissions avoir un processus transparent. Je ne vois pas celui qui battra le PEDN à Matam, à Dixin et même à Kaloum. C’est vrai que Kaloum à un enjeu  particulier, on peut comprendre, mais je vous renvoie aux résultats de 2010, vous allez vous rendre compte du score obtenu par le parti au premier tour ; parce que durant ces dernières périodes, c’était l’élection presque la plus transparente par rapport aux autres. C’est pour vous dire que nous avons nos bastions.  Aujourd’hui à l’intérieur du pays, tous les observateurs, vous pouvez vous renseigner auprès de vos reporters à Kankan, à Kouroussa, à Boffa, à Macenta, à  Beyla, entre autres, ils vous confirmeront, je ne vois pas le parti qui peut battre le PEDN dans ces zones », rassure le porte-parole du PEDN.