France – Trafic d’anciens passeports guinéens : Le cri de coeur de l’ambassadeur Amara Camara

03 décembre 2017 20:20:09
2

« Nos passeports sont vendus à des étrangers. Et ça, tous les responsables de ce trafic doivent être sanctionnés si leur culpabilité est avérée…»

Après le trafic massif de faux extraits de naissance guinéens dans certains quartiers du 18eme arrondissement de Paris, place maintenant à un autre trafic. Celui des anciens passeports de notre pays. Il est en train de prendre de l’ampleur en France. C’est le nouveau défi auquel est confronté l’ambassadeur Amara Camara.

De plus en plus de clandestins, venus des quatre coins de l’Afrique, se font passer pour des Guinéens demandeurs d’asile en France. Ces faussaires sont tous possesseurs d’anciens passeports guinéens qui ne sont plus en vigueur en République de Guinée ou du moins sont en voie de disparition au profit des passeports biométriques.

Le patron du 51 rue de la Faisanderie, dans le très chic 16e arrondissement de Paris, n’en peut plus. Et n’en veut plus. Très remonté, l’ambassadeur Amara Camara en appelle à l’ouverture d’une enquête à Conakry. Objectif : traquer et identifier les responsables de ce trafic qui n’honore guère l’image de la Guinée dans l’Hexagone.

L’ancien haut fonctionnaire de l’UNESCO invite également les Guinéens en situation régulière en France à s’impliquer, via la sensibilisation, dans la lutte contre l’immigration clandestine qui tourne, très souvent, au cauchemar pour les candidats à l’aventure vers le supposé « Eldorado » européen. Lisez plutôt ce cri de cœur de l’ambassadeur de la Guinée en France, Amara Camara.

« Il s’agit de la recrudescence de l’immigration illégale. Le Guinéen vis-à-vis de la France, nous étions loin, très loin dans le nombre. Brutalement, depuis quelques mois, la France est envahie par des détenteurs de passeports guinéens. Selon moi, ça ne peut s’expliquer que par un trafic de passeports. Il n’y a aucune raison objective, aujourd’hui, pour qu’il y’ait ce genre de trafics.

Mon souhait, est qu’on diligente en Guinée une enquête importante au niveau de la police et de la gendarmerie pour savoir d’où viennent ces passeports parce que, avec la biométrie, il est très difficile de faire ce genre de trafics.

Nous qui sommes à l’extérieur, nous qui sommes en France, devons sensibiliser nos compatriotes. Il ne sert à rien de venir ici en situation irrégulière. Ils seront renvoyés au pays. Il faut respecter les règles du pays qui nous reçoit. Cela ne peut pas se faire dans l’illégalité. Donc, il appartient à chacun des Guinéens en situation régulière ici (NDLR : en France) d’expliquer à nos parents que « l’Eldorado » dont ils parlent, on ne peut l’avoir que si on est dans des conditions régulières. Et, les règles sont faites pour être respectées. C’est très important pour l’image de notre pays. C’est très important aussi pour nos relations avec la France. Parce que, le ministre de l’intérieur français s’est déplacé pour alerter le président de la république. L’OFPRA (Office français des personnes réfugiées et apatrides) est allé en Guinée pour voir la filière desdits réfugiés et les soi-disant mineurs isolés. Donc, ce sont des problèmes, aujourd’hui, qu’il faut absolument prendre à bras le corps. Et, ne pas attendre qu’on salisse l’image de notre pays (… ).

J’ai reçu une demande par rapport à un monsieur de « nationalité guinéenne ». Il s’appelle Denis Carole. Pour moi, Denis Carole, pour être Guinéen, il faut se lever le matin de bonheur.

Donc, c’est le genre de choses qui salissent notre pays (… ) Nos passeports sont vendus à des étrangers. Et ça, tous les responsables de ce trafic doivent être sanctionnés si leur culpabilité est avérée.

Je demande à toutes les associations, aux états aux médias de sensibiliser nos compatriotes. Surtout, de ne pas donner l’impression que, quand on est ici, on vit dans un mille mètres carrés alors que les gens tirent le diable par la queue. C’est un appel d’air. Cet appel d’air, il faut le stopper. Parce que, nos compatriotes viennent ici pour souffrir. Et, à mon avis, ça ne sert à rien de venir souffrir, parce que, s’ils sont arrêtés, on pourra reconnaître s’ils sont Guinéens ou non », a-t-il sèchement déclaré.

Très remonté, l’ambassadeur de la Guinée en France tient absolument à ce qu’une enquête soit ouverte dans l’espoir de mettre un point final au trafic d’anciens passeports guinéens. Un trafic qui salit davantage l’image de notre pays.

Une contribution spéciale de Mamadou Saliou Diallo, depuis Paris, France !

  • CONDÉ ABOU

    Dans le JT de 20 Heures de France 2, le 29 Décembre 2015, il avait été largement question de passeports Syriens volés par les réfugiés qui étaient en partance pour l’Europe de l’Ouest, notamment en France, en Allemagne, en Suisse et en Belgique.

    La Presse en France, avait rapporté que deux des kamikazes du 13 Novembre 2015 s’étaient infiltrés en Europe avec des documents de voyage volés. Dans une lettre solennelle, le Ministre de l’Intérieur de l’époque, demandait à Bruxelles de changer ses méthodes de contrôles aux frontières.

    Selon la Presse Française, la lettre était signée de la main de Bernard Cazeneuve en personne. S’adressant à la Commission Européenne, le Ministre de l’Intérieur exprimait son inquiétude et l’exprimait noir sur blanc : « Des milliers de passeports vierges volés par Daech en Syrie et en Irak, voire en Libye pourraient être utilisés par des terroristes camouflés en réfugiés pour rejoindre l’Europe ».

    Le Ministre Bernard Cazeneuve rappellait que deux des kamikazes qui se sont faits exploser au Stade de France, le 13 Novembre 2015 étaient justement entrés en Europe avec des passeports Syriens volés. L’un des passeports, appartenait à un soldat de l’Armée de Bachar Al-Assad, mort au combat.

    Le Ministre de l’Intérieur faisait donc de la détection de ces passeports une priorité et demandait à l’Europe d’améliorer les contrôles notamment en Grèce, porte d’entrée du vieux continent, pour des milliers de migrants.

    Le bilan officiel des victimes fait état de 130 morts et de 413 blessés hospitalisés, dont 99 en situation d’urgence absolue. Ces attentats sont les plus meurtriers perpétrés en France depuis la Seconde Guerre mondiale et les deuxièmes en Europe (hors attentats aériens), après les 191 morts des attentats de Madrid du 11 mars 2004.

    La gravité de la situation est telle que le Gouvernement décrète l’état d’urgence sur tout le territoire national, une première en France depuis la fin de la guerre d’Algérie en 1962.

    Ce cas revélé par la Presse Française et le Ministère Français de l’Intérieur n’est qu’un exemple parmi tant d’autres et qui explique à quel point, le Gouvernement Guinéen devrait agir à la suite de l’appel de l’Ambassadeur de Guinée à Paris.
    Sera-t-il entendu ? Espérons-le, mais rien n’est moins sûr, au regard de l’impunité notoire qui règne dans le pays.

    Très malheureusement, les réseaux de faussaires ne se rendent pas compte du danger des anciens passeports qui seraient actuellement entre les mains de personnes étrangères à la Guinée. Le pire c’est que dans le cas de la Guinee, il ne s’agit même pas de passeports volés mais de vrais-faux passeports recyclés méthodiquement et établis en bonne et dûe forme par des réseaux criminels en faveur de personnes venues de nulle part .

    L’on se rappelle du cas des détenteurs de passeports Guinéens sur le sol Américain, et qui ont été à la base des récents problèmes diplomatiques liés au manque de coopération du pays ayant entrainé la non délivrance par la Guinée des titres de voyage suite aux décisions d’expulsion prises par les autorités judiciaires Américaines.

    Chacun voit aujourd’hui, à quel point, les Services Américains de l’Immigration avaient parfaitement raison de réagir en demandant le retour des ces personnes en Guinée, étant entendu, qu’elles étaient entrées sur le territoire Américain avec des documents officiels de la Guinée.

    Le refus de la Guinée, a entrainé inutilement la mise de la Guinée sur la liste noire de pays non coopérants suivie de la décision de l’Administration Américaine de refuser l’octroi de visa à une certaine catégorie de hauts représentants de l’Etat Guinéen.

    Comment voulez-vous que nos principaux partenaires puissent nous prendre au sérieux ?
    Comment l’Etat Guinéen pourra-t-il se défendre et s’en sortir, dans l’éventualité d’une utilisation dangereuse à des fins terroristes de ses propres anciens passeports et qui sont actuellement dans la nature ?

    MORALITE:

    L’Administration publique risque d’entraîner tout le pays dans de graves problèmes désastreux avec l’ensemble de nos partenaires au développement, tout simplement à cause des questions aussi dangereuses comme celles des anciens passeports Guinéens actuellement recyclés dans le trafic international et dont chacun peut deviner facilement toute la traçabilité. Là-dessus il n’y a aucun doute.

    Après les Américains, le pays risque fort de se retrouver dans l’oeil du cyclone du terrorisme mondial par la faute de quelques individus assoiffés de s’enrichir au galop et de n’importe quelle manière, en toute impunité. Dieu nous en préserve, mais le danger existe pour le pays.

    Merci à S.E. Mr. l’Ambassadeur de Guinée en France, mais l’on se demande si son cri du coeur sera entendu, là où certaines personnes n’ont même pas peur de la rigueur de la Loi.

    Par extrapolation, lorsque l’on apprend dans quelles conditions calamiteuses les extraits de naissance, élément fondateur de l’état civil, sont établis dans le pays, l’on comprend pourquoi, il y aura toujours de graves problèmes pour que ce pays se comprenne avec ses principaux partenaires au développement.

    C’est pathétique et inquiétant pour l’avenir de la crédibilité internationale de la Guinée.

    Comment voulez-vous que les Représentants de la Guinée à l’étranger n’aient pas de graves problèmes devant leurs interlocuteurs des Polices des frontières et autres Services de l’Immigration partout dans le monde face à un si grave dysfonctionnement de l’Administration publique ?

    Même dans des pays de la Sous région ayant connu de terribles guerres civiles ou des crises politico-militaires, comme le Liberia, la Côte D’Ivoire ou la Guinée Bissao, l’on n’a jamais entendu parler de la délinquance administrative sur une telle échelle dans le système sécuritaire même de l’Etat. Triste.

  • Wonkhai2020

    Monsieur l’ambassadeur ,
    Au seins même de l’ambassade vous avez des employés qui proposent ces passeports en vente . J’ai été moi même à l’ambassade et fallait que je paie une commission qui n’était nullement justifié de 50 euros sans quoi je risquais de ne pas avoir ce que j’étais venu chercher . Alors tachez de bien faire le ménage au niveau de l’ambassade ça réduirait grandement le nombre de passeports trafiqués ..