Forum de mobilisation des ressources à Boffa : un « véritable succès », selon le préfet

30 juin 2017 15:15:59
1
KODAK Digital Still Camera

Depuis 14 mois, la commune urbaine de Boffa se prête à un exercice. Celui de mobiliser ses propres ressources financières pour répondre aux besoins socioéconomiques de la préfecture. Une première dans les collectivités locales du pays.

Pour Mme le préfet de Boffa, c’est un « succès » pour sa ville parce que, dit-elle, nous avons aujourd’hui, des taxes mobilisées qui sont parties de 0 à 50 %/.

Ce jeudi, 29 juin 2017, l’heure était à la capitalisation et au partage d’expériences. Avec le soutien des partenaires français, Expertise France et Charente Maritime Coopération (CMC), le président de la Délégation Spéciale de Boffa a fait état des résultats obtenus à ce jour. Il s’agit entre autres de la contribution foncière unique (CFU) recouvert à hauteur de 57 % soit 14.426.900 francs guinéens, la taxe sur les embarcations s’élevant à 2.100.000 francs guinéens soit 51,63 %, celle de la redevance forestière recouvert à 100 % soit 4.000.000 de francs guinéens, la contribution de patentes avec 84,8% de réalisation…

Des montants qui permettront à la préfecture de faire face à des besoins de constructions d’infrastructures sociales de base, promet la Préfet, Aïcha Sakho.

Saluant la tenue de ce forum de deux jours qui a pour but d’apprécier le chemin parcouru et les résultats obtenus au terme d’une année, la Représentante du Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères de la France, Mme Ophélie Mussetta a indiqué qu’avec le soutien de la coopération française, les acteurs de la commune ont élaboré un plan d’action de mobilisation des ressources propres en vue de renforcer collectivement la gestion des dépenses et recettes pour améliorer les conditions de vie des populations.

« Une véritable dynamique s’est enclenchée à Boffa », a-t-elle annoncé.

Par ailleurs, elle a exprimé sa satisfaction quant au « taux de réalisation des recettes s’élevant à 88% en 2016 et le budget 2017 ayant été voté dans le délai par le Conseil d’Administration et les recettes propres mobilisables pour 2017 devant permettre la réhabilitation et équipement du poste de santé de Katia », souligne-t-elle.

Toujours pour partager l’expérience et les outils développés tout au long de ce projet, des photos et documents exposés à la Maison des jeunes ont été objet de présentation par le Coordonnateur Emmanuel Bornens de Charente Maritime Coopération.

Mieux encore, un documentaire réalisé par le cabinet ACL Consulting a été objet d’une projection prenant en compte toutes les activités réalisées au cours de ce projet.

  • CONDÉ ABOU

    Salut Madame Mame. Je cherche tout simplement, à bien comprendre votre sujet qui m’intéresse à plus d’un titre. S’agit-il de la mobilisation des ressources du budget Préfectoral de Boffa, ou bien de celle de la Commune urbaine de Boffa ?

    Sans savoir les statistiques démographiques de Boffa, la nuance me parait très importante au regard de la somme mobilisée, et qui représente environ 20 millions et demi de Francs Guinéens (environ 2.280 Dollars US), si je vous ai bien compris !

    Vous rapportez les propos de Mme le Préfet, Aïcha Sakho, en soulignant qu’il s’agit de montants qui permettront à la Préfecture de faire face à des besoins de constructions d’infrastructures sociales de base.

    J’ai envie de dire que la Préfecture de Boffa ne sortira pas de la misère avec un tel budget dérisoire, même dans 50 ans.

    C’est pourquoi, j’ai toujours dit sur cette tribune de Guineenews, qu’il fallait une mobilisation de tous les partis politiques et de la Société Civile, pour que le Gouvernement revienne sur sa décision totalement injustifiée qui avait supprimé, je crois savoir en 2011, l’impôt per capita et qui prive les Collectivités décentralisées d’immenses ressources financières dont elles ont besoin.

    Et tout le monde souffre aujourd’hui de cette décision au plan budgétaire, notamment, les Communes, les Préfectures et Régions, qui manquent cruellement de ressources pour financer le développement local.

    Comment peut-on compter sur les subventions du Budget national pour espérer financer le développement à la base dans le pays ? C’est quasiment utopique, alors que l’écrasante majorité de la population ne se trouve pas à Conakry, mais en province.

    La politique budgétaire et la politique de décentralisation de l’Etat, sont un frein inutile au développement des Collectivités, parce qu’elles n’ont aucun sens pour le progrès des populations vivant à l’interieur du pays.

    Et comment voulez-vous que la coopération décentralisée internationale qui apporte chaque année des centaines de millions d’Euros dans les pays voisins comme le Mali, le Sénégal et la Côte D’Ivoire, puisse faire du résultat en faveur des Communes de la Guinée, lorsque les Communes comme Boffa doivent compter sur des ressources budgétaires annuelles de 20,5 millions de Francs Guinéens (environ 2.280 Dollars US) ?

    Nous sommes nous-mêmes, en grande partie, responsables des problèmes élémentaires du sous-développement et du retard de l’écrasante majorité de la population dans ce pays.

    Du courage à la Préfecture et à la Commune de Boffa, et c’est le moins que l’on puisse leur dire. Incroyable.