Le forum de l’étudiant clos à Conakry : Réactions des officiels et participants

04 juin 2017 9:09:51
0

Il est 14 h ce samedi 3 juin 2017. Nous sommes au palais du peuple de Conakry, les derniers conférenciers s’attellent à convaincre les étudiants sur les thématiques spécifiques.

À l’aile gauche du dit palais, le conseiller du président Alpha Condé, Tibou Kamara et le directeur général des impôts Makhissa Camara ébranlent leur parcours de vie devant un autre groupe d’étudiants.

Les questions des élèves démontrent leur intérêt à ce forum.

Sur une question d’élève, Tibou Kamara évoque une période de sa vie au sein du journal indépendant.  » Chaque parution du journal était une douleur.  Mais cela ne nous a pas empêchés de continuer le travail de journaliste que nous faisions à l’époque « , témoigne-t-il.

Des mots justes pour convaincre les élèves et étudiants de la difficulté qu’ils ont rencontré au cours de leur jeune carrière.

 » Vivre le quotidien, c’est apprendre à souffrir « , conclut Tibou Kamara.

Des mots accueillis par un tonnerre d’applaudissements dans la salle.

Il est 16h 30, les hôtesses abordent les uns et les autres dans les stands et couloirs afin de rejoindre la grande salle des spectacles pour la cérémonie de clôture.

Malgré la grande chaleur, on se bouscule pour occuper les rares fauteuils libres.

Damantang Camara, le porte-parole du gouvernement, toujours en observateur est assis à côté du mnistre du Budget.

Le Premier ministre Mamadi Youla est annoncé pour clôturer le forum.

Dans l’improvisation, le ministre Yero Balde fait une autopsie du forum.

En vrai maître de conférence, il termine son message en demandant aux uns et aux autres de juger l’impact du forum.

Tout en restant modeste devant le premier ministre, il s’en félicite néanmoins des 15 000 élèves et étudiants qui, durant les 3 jours, prirent l’assaut du forum.

Les 90 stands ont été inondés par les visiteurs comme en témoignent l’un des exposants qu’on a entendu dire lors du discours du ministre Yero Baldé.

Il appartiendra au prmier ministre Mamadi Youla de prononcer le discours de clôture écrit par le soin de ses conseillers de ce 1er forum de l’étudiant guinéen.

Il est 17 heures, l’heure du bilan.

Bangaly Camara, recteur de l’institut de Kountiya ne cache pas son enthousiasme et sa satisfaction devant ses élèves.  » Ce forum a permis à chaque université et institut de formation d’étaler son savoir faire. Je crois vraiment que les absents doivent actuellement regretter leur décision. En tout, chez les 20 000 000 GNF que nous avons déboursés pour obtenir le droit de participation n’ont pas été vains « , affirme-t-il.

De l’autre côté, Zenab Camara cheffe de cabinet du ministere de l’enseignement supérieur donne ses premières impressions avec quelques journalistes avant de se livrer à des séances de photos avec son ministre.

 » Nous avons testé le mécanisme dit innovant (partenariat privé-public) ; je pense que cela nous a réussis. Je vous annonce que les 1 milliard 300 mille francs ont été financés sans un centime du budget national. Nous enverrons dans les jours à venir des fiches d’évaluation à nos différents partenaires pour recueillir leurs avis et suggestions sur le forum.

Pour l’instant, nous avons le sentiment que les 8 conférences et les différents échanges directs entre étudiants et les exposants ont été bénéfiques pour tous « , affirmé Zenab Camara, visiblement satisfaite.

Les rideaux de ce 1er forum de l’étudiant se ferment avec les analyses de cette étudiante de l’université Barak Obama de Conakry :  » Je pense que ce forum a contribué à notre formation et surtout à l’orientation des élèves et étudiants… »