mardi, 28 mars 2017, 12:03 GMT

fer2En présence de Mme la ministre des Travaux Publics, les acteurs du transport ont pris part à la 26ème session ordinaire du Conseil d’Administration du Fonds d’Entretien routier, ce mercredi 15 février 2017 dans un réceptif hôtelier, a-t-on constaté.

 

 D’entrée de jeu, le président du Conseil d’Administration du FER, Mamadou Bobo Diallo a laissé entendre ceci: « les assises de la présente session se tiennent dans un contexte contraignant, en ce sens que l’année 2016 a été marquée par une situation que l’on qualifierait de catastrophique, s’agissant du trafic sur nos routes. En effet, il faut reconnaître que celles-ci ne répondent plus aux normes requises, créant ainsi un mécontentement des usagers », explique-t-il.

 

L’objectif de la présente rencontre portait sur trois aspects : l’examen et l’adoption du projet de budget 2017 ; la présentation du rapport d’activités de l’année 2016 ainsi que l’examen du rapport du Commissaire aux comptes de l’exercice clos le 31 décembre 2016. A noter que « le projet de budget 2017, soumis à l’appréciation par la Direction générale du FER, est bâti sur la base des ressources escomptées et ne tient pas compte du gap. Il s’équilibre en recettes et dépenses à environ 279 milliards 168 millions de francs guinéens », apprend-on.

 

Dans l’espoir d’amorcer une nouvelle dynamique au niveau de ce secteur, la ministre des Travaux Publics, Oumou Camara, a indiqué dès sa prise de parole que : « ce premier conseil de 2017 se tient dans un contexte particulier avec des nouveaux défis à relever compte tenu des contraintes liées à l’entretien routier en Guinée ».

 

Avant de déplorer le mauvais état du réseau routier. « Ce réseau routier est, à plus de 50%, en mauvais état. Il est important de souligner que notre réseau routier se trouve actuellement dans un état de dégradation très poussée, dû à plusieurs facteurs dont entre autres : les surcharges à l’essieu », indique la ministre Oumou Camara qui se dit par ailleurs engagée à combattre ce fléau au nom du gouvernement. Pour cela, elle compte mettre tout en œuvre pour l’application effective des dispositions telles que le règlement 14 du 16 décembre 2005 en rapport avec l’ensemble des acteurs des transports permettant de donner une longue vie à nos routes, l’application effective de l’arrêté conjoint portant la Redevance de l’entretien routier (RER) à 500 francs guinéens, le démarrage des opérations de péage sur certains ouvrages de franchissement…

 

Contribuant au développement économique du pays, le secteur routier constitue un trait d’union important entre les différentes communautés. C’est pourquoi, la ministre des Travaux Publics a invité tous les acteurs – membres du Conseil d’Administration du FER, représentants des maîtres d’ouvrage, transporteurs – à apporter des observations utiles permettant d’élaborer un budget-programme répondant à l’impérieuse nécessité d’aboutir à une utilisation stratégique, efficace et équitable des ressources disponibles.

 

Mame Diallo

Conakry, Guinée

Mame Diallo