mardi, 17 janvier 2017, 08:52 GMT

mamou-fonction-publiqueUne mission du ministère de la Fonction Publique, de la Reforme de l’Etat et de la Modernisation de l’Administration a tenu le week-end dernier à Mamou une session d’explication sur l’application de la nouvelle grille indiciaire des salaires. Les fonctionnaires de la région de Mamou mobilisés pour la circonstance, ont exprimé leur déception après l’application de ladite grille qui, selon eux, n’accorde que peu d’avantages sur leurs salaires.

Si les nouveaux fonctionnaires se réjouissent de cette grille, les anciens affirment être trahis par le syndicat en connivence avec l’administration ceci, après avoir servi l’Etat plus d’une trentaine d’années.

 «Ce qui reste clair, le gouvernement a trompé les fonctionnaires guinéens. J’ai suivi le ministre Sékou Kourouma qui a dit que le fonctionnaire ne va plus souffrir. Il a demandé 72 milliards pour permettre de payer ce que nous devrions avoir comme avantages. Mais, nous ne constatons rien comme amélioration sur nos salaires. Moi, je me suis retrouvé avec une différence de 5540 GNF, étant un fonctionnaire de la hiérarchie A de la promotion Mohamed V. En plus, je suis  chef de section mais jusqu’à présent, je ne suis pas au plafond. Malgré tous les efforts que j’ai consentis  pour le développement du monde rural, je me retrouve à ce stade, je suis frustré. Des fonctionnaires qu’on vient de prendre, de 2010 à maintenant, sont mieux payés que moi, si je vous dis que je suis content du gouvernement, ce serait une démagogie. Nous les anciens fonctionnaires, nous nous sommes  sacrifiés », a vertement dénoncé cette nouvelle grille indiciaire, Mouctar Barry, fonctionnaire de son état.

Quant à Mamadou Baïlo Sow, il renchérit : « là où je suis, je ne connais pas ma position dans la nouvelle grille. On fait un jeu de mots, dans tous les accords c’est mentionner grille salariale. Aujourd’hui, on parle de grille indiciaire, on cherche à délocaliser là où il y a le problème.»

Le chef de mission, Sékou Doumbouya, Directeur national de la gestion prévisionnelle des effectifs des employés de compétence, a,  pour sa part, procédé à une explication détaillée de la transposition des fonctionnaires et contractuels permanents de l’ancienne grille de 1988 à la nouvelle grille indiciaire.

«L’objectif principal, c’est de vous donner la bonne information sur ce qui s’est passé autour de la nouvelle grille indiciaire. Lors de l’enrôlement, Certains n’ont pas donné la bonne information concernant leur diplôme. Chaque fonctionnaire devrait avoir la position qui le convient. Il est difficile de satisfaire les fonctionnaires parce qu’en vérité, tous les fonctionnaires s’attendaient à ce qu’on augmente leur salaire, certains ont eu des miettes. Ceux qui pensent qu’ils ont été lésés, il ya une commission de recours pour se plaindre. Plusieurs n’ont pas compris la transposition de l’ancienne grille indiciaire sur la nouvelle grille. La grille indiciaire est un outil pour les responsables permettant de calculer les salaires. Ce système de rémunération prendra en compte le salaire brut et les accessoires de salaire tout en régularisant le fonctionnaire dans sa hiérarchie»,a-t-il expliqué.

D’après des explications dans la salle, il a été indiqué que désormais, il y a sept hiérarchies au lieu de trois connues auparavant. « L’hiérarchie A a été divisée en trois (A1 pour les diplômés en Licence. Ils sont au nombre de 20064 fonctionnaires, A2 pour les diplômés en master  pour 30586 fonctionnaires et A3 pour les diplômés en doctorat pour 726 fonctionnaires). L’hiérarchie  B a été divisée en deux (B1 et B2  pour les diplômés de l’enseignement technique) et l’hiérarchie C pour les agents techniques de santé…», a rappelé Diouldé Barry ingénieur informaticien au ministère de la Fonction Publique.

«L’indice multiplié par la valeur monétaire du point d’indice donne le salaire brut puis on ajoute les primes et indemnités pour avoir le salaire complet. Pour ce nouveau cas, l’ancienneté n’a pas été prise en compte. Suivant la transposition vers la nouvelle grille salariale, tous les fonctionnaires ont connu une augmentation de 71 à 749.006 GNF », a-t-précisé.  

Loin d’avoir constaté cette prétendue  amélioration sur leurs salaires et leurs statuts, les fonctionnaires qui étaient présents dans la salle se sont séparés en queue de poisson.

 

Badicko Diallo

Mamou, Moyenne Guinée.

Badicko Diallo