Faranah : la Semaine de la Citoyenneté démarre sur les chapeaux de roues

02 novembre 2017 7:07:30
0

A Faranah, la 2ème édition de la Semaine nationale de la citoyenneté et de la paix (SENACIP) a été lancée ce Mercredi, 1er Novembre 2017 à la maison des jeunes de la ville sous la conduite du préfet coïncidant à la 59ème fête anniversaire de l’armée Guinéenne. Une activité qui a fortement mobilisé les autorités à tous les niveaux, le corps estudiantin et les forces de défense et de sécurité.

A la cérémonie d’ouverture, le Directeur national de la réconciliation et de la solidarité, Souleymane Cissoko a dans son discours, invité les citoyens de Faranah à se donner la main pour construire la Guinée.

Poursuivant il précise qu’une nation ne se construit pas en un seul jour. Mais aujourd’hui, nous allons donner le ton et dans les semaines, à venir pour qu’on puisse aboutir à une nation unie en Guinée.

Pour sa part, le préfet de Faranah, Alpha Oumar Keita affirme que le thème de cette année est révélateur de la situation actuelle de cette problématique essentielle de notre pays car il faut le dire clairement, l’incivisme est devenu aujourd’hui notre seul moyen d’expression de nos divergences et de nos frustrations. C’est pourquoi le gouvernement a placé cette 2ème édition sous le signe : « Le citoyen dans la construction de la nation », a-t-il confié.

Poursuivant, il précise aussi que la nation peut se définir comme un ensemble de liens qui fondent le sentiment d’une appartenance commune. La nation suppose également l’existence d’une volonté durable de vivre au sein d’un même ensemble. C’est une construction politique dont la fonction est de garantir la cohésion sociale et de faire respecter l’autorité de l’État. La nation est donc une âme, un principe spirituel, dit-il. La nation est une communauté qui existe à représentation d’une conscience collective.

Dès lors que la nation est présente à la conscience de chaque individu, la nation existe et agit comme tel. Pas de nation sans conscience nationale, pas de nation sans volonté de vivre ensemble, a-t-il précisé. Alors, la nation se construit dans les attitudes quotidiennes de chaque Guinéen, une attitude qui dégage un sentiment d’appartenance, une attitude qui fait la promotion de l’amour pour l’autre, une attitude qui va au-delà des identités particulières, une attitude qui place l’ethnie-nation au- dessus de tout, une attitude qui favorise l’acceptation de la différence, a-t-il martelé.

A noter  que durant sept jours, cette 2ème édition connaîtra des activités phares dont entre autres : des conférences/débats dans les institutions d’enseignement, lycées et écoles primaires), les Foras citoyens pour la réalisation d’un acte symbolique citoyen et la synergie des radios, a-t-on constaté.