Faible taux de vaccinations de routine à Lélouma: des experts en santé, l’Unicef et l’OMS au secours de la localité

09 août 2017 15:15:52
0

La salle de conférence de la préfecture a servi de cadre le 7 août à une rencontre entre les autorités locales, les acteurs de santé, les représentants de l’Unicef et de l’OMS.

A Lélouma, le taux d’abandon de la vaccination de routine est estimé à 65%. Cette vaccination est une activité préventive qui est menée quotidiennement au niveau des centres de santé et à travers une programmation partagée autour des points de stratégie avancée.

C’est le préfet de Lélouma Mohamed Deen Camara qui a présidé cette cérémonie. «Nous sommes aujourd’hui interpelé par une question de santé publique. Nous savons qu’une mission a sillonné Lélouma et cette mission a eu à faire des conclusions. Il a été révélé dans ce rapport que Lélouma, parmi les cinq préfectures de la région, est au rouge en termes de couverture vaccinale. Aujourd’hui à cause des questions inavouées, nous tombons dans le rouge. Cette situation ne peut pas laisser les partenaires indifférents. Il faut donc que nous qui sommes acteurs majeurs de ce processus que nous en soyons. C’est pourquoi aujourd’hui, on a été interpellé à Labé par la région pour nous dépeindre la situation dans laquelle se trouve Lélouma…», a expliqué le préfet Mohamed Deen Camara.

De son côté, Ouéndouno Téwa-Marie, Consultante en communication au niveau de la région de Labé pour la relance du PEV de routine,  s’est évertué à faire la différence entre la vaccination dite de routine et les journées nationales de vaccination(JNV).

«Nous avons deux sortes de vaccinations. Il y a la vaccination de routine  qui concerne des enfants de 0 à 9 mois, des femmes enceintes, du premier mois jusqu’à l’accouchement. Ici au niveau des JNV, Lélouma fait partie des districts sanitaires les mieux appréciés pour les journées nationales de vaccination tandis qu’au niveau des vaccinations de routines. Depuis le premier trimestre de l’année 2017, le ministère de la Santé a fait une analyse nationale de tous les districts sanitaires sur le plan de la vaccination. Dans la région de Labé, il est ressortit de cette analyse que la préfecture de Labé et Lélouma ont des couvertures très faibles. C’est pourquoi Lélouma est la priorité des priorités. Donc, cette question a interpellé les Responsables de la région de Labé sur le plan sanitaire…», a-t-elle expliqué.

Après l’intervention des maires des communes rurales, des sous-préfets et des chefs de centre de santé, il s’est avéré que ce faible taux de vaccination de routine est lié au manque de communication mais aussi et surtout à la non-élaboration à temps des programmes et de stratégies avancées, la non implication des chefs de poste de santé par manque de prise en charge en carburant par endroit…

Et pour remédier à ces défaillances, des solutions ont été proposée et les acteurs ont promis de mettre les bouchées-doubles  pour sortir Lélouma de cette zone rouge.

Abdourahamane Barry, Lélouma pour Guinéenews