dimanche, 26 mars 2017, 05:28 GMT

Luc Sodou, citoyen béninois (qui utilse une photo trafiquée d'un ancien ministre ivoirien), habitant de la ville de Ouidah au Bénin, est bel et bien celui qui a usurpé la page Facebook de Hadja Kanny Diallo, la ministre guinéenne du Plan et de la Coopération pour pouvoir escroquer les amis et connaissances  de celle-ci sur la toile.

 

Il a d'abord fallu trois longs jours de conversations via Messenger avec une  grande habilité et surtout une très grande patience pour que Guinéenews soit en mesure de découvrir et de confirmer le nom de cet imposteur.

 

L’homme contactait systématiquement tous les amis de la ministre. Convaincu d’avoir affaire à un escroc d’une rare intelligence, il a fallu dès lors que Guinéenews s'arme de patience pour pouvoir débusquer cet escroc de grand chemin. Quatre journalistes de Guinéenews ainsi que deux autres personnes étaient informés du piège.

 

Comme le piratage est devenu une pratique courante, certains parmi nous, pensaient que cette opération de démantèlement contre cet usurpateur n’en valait pas la peine. Prétextant que le ministre de la Justice, Me Ckeick Sako  ainsi que le Secrétaire général de l’OMVG, le Guinéen, Kabiné Komara venaient d'être, à leur tour, victimes des mêmes actes.  D’ailleurs tous ceux  ont été invités à visionner et à lire la page de l'usurpateur. Ils l'ont fait volontiers et ont pu visiter  aussi le profil. Rubain Siriki, dans son profil, se faisait passer pour le Directeur régional du BRA (Bureau Régional Afrique) de l’ONU-PNUD en Afrique.

 

Après avoir usurpé le compte de la ministre dont il avait désormais le contrôle, il contactait les amis de cette dernière et c'est ainsi qu'il est tombé sur Guineenews.

 

Dès les premiers contacts, cet imposteur vous demande des nouvelles de votre famille, de votre travail comme si c'était bien Mme Kanny Diallo.

 

À des moments, la soi-disant ‘’ministre’’ vous quitte puis elle vous revient arguant qu'elle était en réunion. Pour vous prouver qu'elle voulait continuer la conversation, elle vous appelle sur Messenger.

 

Quand on la décroche, elle ne dit rien et lorsqu’on la rappelle, elle ne prononce aucun mot. L’objectif de cet acte consiste à vous faire croire qu'elle a appelé tout en évitant d’émettre une quelconque voix. Quelques heures après l’appel manqué, elle vous recontacte par écrit pour continuer la conversation.

 

Alors c’est en ce moment qu’elle vous informe de la disponibilité des postes à pourvoir dans le cadre de la Coopération pour la Guinée et  vous demande par la suite de contacter son acolyte un certain Rubain Siriki, celui qu’il présente comme le Directeur général du Bureau du PNUD.

 

Ensuite, Luc Sodou qui se fait passer pour la ministre guinéenne de la Coopération, vous demandera à son tour d’établir le contact avec ce Rubain Siriki via Facebook en lançant une invitation à ce dernier d'être amis. Une invitation qui est acceptée instantanément.

 

Une fois devenu ami avec Rubain Siriki, vous êtes aussitôt contacté par celui-ci.  Les salutations d'usage terminées, le fameux Rubain affirme vous connaître  et vous précise aussitôt qu’il se trouve actuellement au Bénin dans le cadre d’un colloque sur la paix en Afrique.

 

M. Rubain Siriki, au cours de vos conversations, fera preuve de professionnalisme et d’une bonne connaissance  des rouages du système des Nations Unies et du ministère de la Coopération.

 

Mais tout s'arrête là pour ce pseudo professionnel et fonctionnaire international onusien. Et les tout premiers soupçons commencent lorsqu’il (Rubain Siriki) vous demande de lui soumettre certains dossiers via  une adresse qu’il vous communiquera ultérieurement.

 

En vous amusant à faire une petite recherche dans Google, vous ne trouverez aucun indice d’information relatif au sieur Rubain Siriki,  ce prétendu Directeur Afrique du PNUD à New York ou Addis-Abeba.

 

Par contre, le site officiel du PNUD et les recherches Google, vous informent que l'actuel Directeur est un Sénégalais du nom d’Abdoulaye Mar Dieye.

 

S’agissant des éléments à fournir dans le dossier, il y a le CV, 3 photos d'identité, une copie du passeport ou carte d'identité, une adresse et bien sûr, les frais de traitement dudit dossier.

 

Mais pour ceux qui sont familiers à des offres émanant du Système des Nations Unies et des administrations modernes et ce, même, sur recommandation du Secrétaire général de l'ONU, savent qu’un futur employé des Nations Unies, est obligatoirement soumis à une candidature en ligne qui s’effectue gratuitement, c’est-à-dire contre rien.

 

Et même s’il y avait des frais à payer (ce qui n’est d’ailleurs faisable que s’il ya une volonté manifeste de corruption ou de magouilles de la part  de la soi-disant ministre de la Coopération), est-ce un Directeur régional du PNUD peut passer le clair de son temps à collecter une misère de 165 euros alors qu’il est en ‘’mission’’ de cette grande institution internationale qu’est l’ONU.

 

Le compte électronique gmail créé par ce soi-disant fonctionnaire onusien, [email protected], à cet effet, ne correspond pas à l’adresse mail utilisée par aucune des agences spécialisées de l’ONU.

 

Autres failles, c’est le fait qu’il ait utilisé comme image de profil, la photo d'un monsieur dont l’apparence est respectable et qui est, à la fois, l’expéditeur à partir de ce faux compte de Kanny et le gestionnaire du compte Rubain Siriki.

  

En poussant notre curiosité, nous avons pu durant le week-end dernier, déceler d’autres incongruités et incohérences de ce faussaire qui, du reste, a lamentablement exposé sa très grande naïveté et son amateurisme. Car, il mordra rapidement et facilement à l’appât qu’on lui avait tendu.

 

Pour le traitement du dossier de candidature, le fameux Rubain Siriki exige au préalable de payer les frais y afférents.   

 

De peur de se faire découvrir par ses partenaires qui sont ses potentielles victimes, l’escroc de Rubain a manifesté une certaine méfiance pour ne pas dire une réticence à nous communiquer le lieu et les modalités de paiement. Histoire d’éviter de donner l’impression à ses interlocuteurs que nous sommes qu’il n’est pas la même personne que celle qui apparaît sur la page Facebook de Rubain Siriki.

 

Après lui avoir fait comprendre que les agences de transfert d’argent (Western Union et Monney Gram qu’il avait lui-même recommandées), sont fermées les week-ends aux USA, Rubain a dû garder patience. Comme dans toute opération d’arnaque, le paiement et l’identification du bénéficiaire restent l’étape la plus décisive et la compliquée à franchir.      

 

Après un samedi de pause, nous avons recontacté le dimanche matin le soi-disant fonctionnaire onusien pour lui demander des options de paiement.

 

Et comme il a affirmé qu’il est en mission au Bénin, on lui a demandé de prendre contact avec un de nos proches qui vit à Cotonou pour percevoir les frais de traitement du dossier en cash. Une proposition à laquelle il n’a pas voulu apparemment adhérer puisqu’il tardait à nous donner une réponse.

 

Sans attendre sa réponse, on lui a fait l'autre proposition qui consistait à lui envoyer l’argent par Western Union mais seulement le lundi. Il finira par accepter cette dernière offre qui lui semblait moins dangereuse et peu compromettante pour sa sécurité.   

 

C'est ainsi que notre interlocuteur nous a livrés, au terme de trois jours de tractations, sa vraie identité. Du moins, celle avec laquelle il allait retirer l’argent ainsi que son numéro de téléphone. Selon l’adresse qui nous a été  communiquée, nous nous sommes finalement aperçu que le prête-nom de ce pseudo fonctionnaire de l’ONU, s’appelait Luc Sodou et habite la ville de Ouidah, au Bénin. Ensuite pour dissiper tout soupçon, nous avons tenté de le joindre sur le numéro de téléphone qu’il avait aussi ajouté à son adresse. Et c’est bel et bien M. Sodou qui nous a répondus au bout du fil sur le numéro de ligne (00229) 65162152. Il a été confondu et finalement aucun Kopeck ne lui a été versé.

Mouctar Baldé