Extinction du cinéma en Guinée : il était une fois le cinéma VOX à Kankan !

25 septembre 2017 13:13:40
0

Le cinéma, à l’instar des autres secteurs de la culture guinéenne, bat de l’aile s’il n’est pas mort. Ceci est d’autant plus évident que la quasi-totalité des salles de projection cinématographique dans les grandes villes de l’intérieur du pays, sont en ruine ou, ont tout simplement disparu.

 

En tout cas, à Kankan, le constat est sans équivoque : les trois salles de cinéma dont disposait la ville n’existent plus. Les cinémas RIO et REX, près du marché Dibida, ont été transformés en magasins ou en bars.

Quant au cinéma VOX, à quelques encablures du marché Loféba, jouxtant l’école primaire Centre Mixte et l’ex-bureau d’Air Guinée, il est abandonné et totalement en ruine (photo).

Plusieurs raisons seraient à l’origine de la décadence du cinéma et de la disparition des salles de projection en Guinée et à Kankan notamment. Selon l’Inspecteur Régional de la Culture, des Sports et du Patrimoine historique, Paul Condé, l’avènement du numérique et surtout le désintérêt chez les jeunes héritiers de ses salles, sont les causes de cette déchéance.

« L’arrivée des nouvelles technologies qui a entraîné la disparition des bobines cinématographiques et l’absence d’une relève après la mort des fondateurs des salles de cinémas qui appartenaient à des privés, ont été des facteurs qui ont conduit à l’extinction de celles-ci », soutient Paul Condé.

 

Allant plus loin dans son analyse, M. Condé pointe du doigt la baisse du niveau de soutien et d’organisation du secteur cinématographique après le premier régime de feu Ahmed Sékou Touré.

« Au temps du premier régime, le cinéma était bien protégé et soutenu en Guinée. Il y avait une structure qui envoyait les films et après censure, distribuait sur toute l’étendue du territoire », explique-t-il.

Malgré cette situation assez calamiteuse du secteur cinématographique dans le pays, l’Inspecteur Régional de la Culture de Kankan espère une renaissance. Et là, M. Paul Condé compte sur les partenaires techniques et financiers de la Guinée. A l’en croire, une mission du Centre culturel français serait passé à Kankan pour explorer cette relance.

En attendant, nombreux sont les nostalgiques de Kankan qui regrettent la disparition des cinémas RIO, REX et VOX. Certains doyens vont jusqu’à lier la montée vertigineuse de la criminalité et autres déviances dans le pays à la disparition des salles de projection cinématographique qui,  jadis, furent des lieux de loisirs par excellence.