vendredi, 20 janvier 2017, 22:03 GMT

 

Selon des informations reçues par la rédaction de votre quotidien Guinéenews© à Conakry, les responsables et travailleurs de la loterie nationale de Guinée (LONAGUI) ont été assaillis ce matin par un groupe de gendarmes dans un pick-up venant des services spéciaux et de la brigade de lutte anti-drogue. Il était conduit par un officier du nom de M. Kanté. 

 

Selon nos sources, ce gendarme accompagné de deux autres agents, pendant que le pick-up rempli de gendarmes attendait dehors, se sont introduits dans le bureau d’un des responsables pour l’agresser et lui demander de rendre la clé de son bureau sur ordre de Cherif Haidara, directeur général de la LONAGUI.

 

Selon plusieurs témoignages recueillis par Guinéenews©, il semblerait que Cherif Haidara et les membres de sa famille en l’occurrence son petit frère et son neveu qu’il payerait à 10 000 000 GNF par mois ne serait ce que pour conduire sa voiture, qui travaillent tous dans la même société auraient pris en otage les travailleurs qui reçoivent des menaces de licenciement en longueur de journée ; car selon certains travailleurs, le sieur Haidara aurait instauré une gestion opaque des deniers de la LONAGUI au vu et au su de tout le monde. Justement, ce sont de telles agitations peu professionnelles et inhumaines que les travailleurs reprochent à leur patron. À cet effet, ils ont informé les nouveaux membres du conseil d’administration des difficultés liées à la gestion opaque et scandaleuse de M. Haidara, concentrée dans les mains des membres de sa famille. Ce qui l’a amené à proferer des menaces de licenciements à l’endroit des travailleurs qu'il trouvent gênants pour sa mauvaise gestion et sa méthode non professionnelle.

 

Les travailleurs voient la société prendre la forme de celle familiale malgré l’existence d’un conseil d’administration récemment mis en place par le Président de la République. Faut-il préciser que ce dernier l'a pourtant confirmé directeur générale mais avec des pouvoirs très limités par les nouvelles restructurations de l'entreprise.

 

Selon un de nos correspondants qui s’est rendu sur le terrain et qui a vu les gendarmes partir, il semblerait que les statuts de la LONAGUI qui sont issus du réaménagement de la gouvernance protègent le personnel ; et étant donné que Monsieur Chérif Haidara a vu ses pouvoirs réduits, il doit se référer normalement au conseil d’administration pour prendre des décisions concernant le fonctionnement de la société, nous rapporte-t-on. "Au lieu de s'y référer, il s’est montré de plus en plus agressif en injuriant les travailleurs qui ne savent pas à quel saint se vouer", clament en chœur, les travailleurs. 

 

Nos échanges avec quelques membres du conseil d’administration qui ont voulu garder l’anonymat ont permis de savoir que le fonctionnement du conseil d’administration est entravé par M. Haidara qui semble compter sur des individus qui ont des intérêts avec lui contre les conditions de travail des employés et la gestion transparente réclamée par le Président de la République. " Sa gestion n’a jamais fait l’objet d’une inspection d'État sérieuse. Lui-même, dans une de vos dépêches, n’a d'ailleurs pas manqué de traiter les inspecteurs d’Etat d’escrocs et de cadres malhonnêtes", affirment ces membres du conseil d'administration interrogés par nos reporters. 

 

"Quelle insulte à un corps de métier  (inspection d'Etat, NDLR) censé veiller sur les deniers publics ? À la limite, l’on se poserait la question de savoir qui protège Haidara pour qu’il se comporte comme s'il était en terrain conquis advitam aeternam", fustige-t-on.

 

Nos informations obtenues auprès de certains partenaires de la loterie nationale de Guinée, indiquent que le patron de l'institution en charge du dossier n’a pas l’étoffe nécessaire pour gérer une entreprise normale comme c’est le cas actuellement à la LONAGUI ; d’où son acharnement sur ses collaborateurs qu’il trouve menaçant pour son poste. 

 

Cette attitude n’est-elle pas en porte à faux avec la récente instruction du chef de l’Etat qui commande à tous les responsables de département et de société d’Etat de travailler avec leurs collaborateurs dans le respect des textes pour faire évoluer les activités ? Ceci n’est peut pas être pas le cas de ce directeur qui se dit être neveu du Président et qui se comporte comme si la LONAGUI lui était donnée en héritage d’une lutte politique.

 

Au moment des faits, c'est-à-dire au moment où les gendarmes voulaient déguerpir les travailleurs, le patron de la boite s'est enfermé dans son bureau n'ayant voulu faire aucune réaction à nos micros concernant cette affaire. Apparemment, furieux que les gendarmes  n'aient pu cadenasser le bureau d'un des travailleurs tel qu'il voulait !

 

Dans nos prochaines éditions, nous reviendrons sur l'opacité entretenue à la LONAGUI.

La Guinée par les Guinéens.

Guineenews