Exclusif : comment Dr Koutoub Sanoh fléchit Dadis pour libérer Dalein, Sidya et Doré en 2009 ?

28 septembre 2017 21:21:26
0

L’actuel ministre et conseiller diplomatique du président de la république, Dr Moustapha Koutoub Sanoh, ancien ministre de la coopération internationale et ancien secrétaire général des affaires religieuses, vient d’écrire un livre pour parler de ses moments forts passés au gouvernement de transition sous le capitaine Dadis Camara et le général Sékouba Konaté. C’est comme dans un film Hollywoodien.

Intitulé : « Le CNDD, la transition et moi », ce livre de 190 pages reparti en sept chapitres sera dédicacé le samedi 30 septembre au centre culturel franco guinéen. Dans ce livre, l’auteur y relate son expérience et sa contribution à « l’achèvement heureux et pacifique » de la transition politique en Guinée et aux médiations, parfois difficiles, lors des grandes crises politiques.

Dans le chapitre 6, l’auteur y retrace comment il a pesé de tout son poids avec les leaders religieux, pour fléchir le bouillant Dadis Camara en vue de faire libérer les opposants d’alors, Cellou Dalein Diallo, Sidya Touré, Louceny Fall, Mouctar Diallo, Jean Marie Doré, Bah Oury. C’était quelques heures après les tueries perpétrées au stade du 28 septembre 2009 à Dixinn.

Acte 1 : il était 23h, le 28 septembre 2009, lorsque Dr Moustapha Koutoub Sanoh, secrétaire général des affaires religieuses à l’époque, reçut un appel du premier ministre d’alors, Kabinet Komara pour lui ordonner de se mettre d’urgence en contact avec les chefs religieux. Objectif, aller plaider la junte pour la libération immédiate des leaders politiques, arrêtés et transportés à la clinique Pasteur de Conakry pour y être soignés.

Acte 2 : Dr Sanoh appela le premier imam de la grande mosquée Fayçal de Conakry, feu Elhadj Ibrahima Bah, l’archevêque de Conakry, Mgr Vincent Coulibaly, Mgr Albert Gomez, archevêque de l’église anglicane et enfin le Pasteur Emmanuel Kamano de l’église Protestante. La délégation des leaders religieux arriva au Camp Alpha Yaya Diallo à minuit.

Acte 3 : ayant su qu’il était venu avec les religieux, Dadis reçut Dr Sanoh dans son bureau. La fatigue, l’angoisse, la déception et le chagrin se lisaient sur son visage. Il était visiblement perturbé, confus, inquiet et très bouleversé par ce qui venait de se passer au stade.

Acte 4 : Dr Sanoh lui fit part de leur doléance consistant à accepter de faire libérer tous les détenus politiques détenus à la clinique Pasteur. Dadis se prit la tête et resta baissé un temps. Il semblait être affecté et très déprimé. Il était pensif, inquiet, troublé, abattu et perplexe.

Acte 5 : Dadis expliqua pendant trente minutes d’horloge aux religieux en insistant haut et fort sur le fait que ce n’était pas lui qui avait tué, ni autorisé quelqu’un à tuer en son nom.

Acte 6 : les religieux réitérèrent leur doléance de faire libérer tous les détenus sans exception. Mgr Albert Gomez fut le plus long dans son plaidoyer. L’Imam de Fayçal parla en soussou. Dadis Camara baissa encore la tête pour la deuxième fois. Il finit par accepter. « J’accepte vos doléances parce que c’est vous qui allez prier un jour sur mon corps ».

Acte 7 : Dadis ordonna à un commandant d’aller avec les leaders religieux pour libérer tous les leaders. Ce dernier proposa de reporter ça le lendemain, comme il faisait si tard. Réponse de Dr Sanoh : « l’ordre ayant été donné, on doit l’exécuter immédiatement ». Dadis cria sur le commandant en lui demandant d’accompagner les hôtes à la clinique Pasteur.

Acte 8 : il était environ 2h du matin, quand les religieux arrivèrent à la clinique avec le premier ministre d’alors, Kabinet Komara. Sidya Touré et Loucény Fall haussèrent le ton et parlèrent de crimes contre l’humanité. Quant à Cellou Dalein Diallo et Jean Marie Doré, ils étaient alités et gravement blessés et traumatisés. Il y avait aussi Bah Oury et Mouctar Diallo.

Acte 9 : Kabinet Komara réussit à calmer les nerfs. Il demanda à chacun de rentrer calmement. Mouctar Diallo dit non. Sidya Touré et Louceny Fall, eux, acceptèrent l’offre. Le médecin suggéra à Jean Marie Doré, à Cellou Dalein Diallo et à Bah Oury d’attendre.

Acte 10 : Sidya Touré et Louceny Fall s’embarquèrent dans le véhicule du premier ministre Komara et le ministre Mouctar Diallo dans le véhicule de Dr Moustapha Koutoub Sanoh. Chacun fut déposé chez lui.

(Prochainement, nous publierons comment Cellou Dalein Diallo, gravement blessé lors des évènements du 28 septembre 2009, fut évacué à Dakar sans passeport, pour des soins intensifs).