lundi, 27 février 2017, 20:19 GMT

Le gouvernement guinéen a déclaré vendredi dernier l’apparition d’une épidémie de rougeole dans quatre communes de la capitale Conakry (Ratoma, Matoto, Matam, Kaloum) et dans six villes de l’intérieur du pays (N’Zérékoré, Guéckédou, Coyah, Dubréka, Fria, Kindia) avec un total de 417 cas suspects et 122 confirmés.

 

A N’Zérékoré, capitale de la région forestière, des spécialistes pointes du doigt les responsables de la direction préfectorale de la santé qu’ils accusent de produire souvent de « faux rapports avec des chiffres erronés ». C’est le cas de M. Patrice (nom d’un cadre de la DPS) qui pense que les responsables de la santé sont victimes de leurs magouilles.

« Je ne sais vraiment pas dans quel pays nous sommes ? Tout est politisé. Au lieu de nommer des personnes capables, ce sont des militants qu’on nomme et voilà les conséquences. Les gens se disent forts de quelque chose et ne font rien sur le terrain. Lorsqu’il y a des fonds pour des campagnes de vaccination on se partage l’argent et on produit de faux rapports parfois en complicité même avec des partenaires. Il n’y a  pas encore longtemps, on a eu une campagne de vaccination. Les gens ont bouffé l’argent et après on dit qu’il y a 95% voir même 105% des enfants qui ont été vaccinés. Tout ceci n’est que  mensonge », nous a confié ce cadre de la direction préfectorale de la santé.

Même son de cloche chez un responsable de l’hôpital régionale que nous avons rencontré pour parler de la situation au niveau de la préfecture. « Allez-y voir les gens de la  DPS parce que ce sont eux qui ont dit qu’ils ont vacciné tous les enfants de la préfecture. Ils vous diront comment tout cela est arrivé avec la vaccination de tous ces enfants. Les gens font du business et le département ne dit rien, on se contente seulement des rapports », a-t-il dit.

Du côté de la direction préfectorale de la santé, la responsable en charge des épidémies nous a confié que la plupart des malades sont des enfants qui n’ont pas été vaccinés à cause de la réticence de leurs parents.

« Vous savez les gens parlent dans le vide. Rares sont des enfants qui ont été vaccinés et qui se retrouvent dans ce lot. Tous ceux qui sont là sont des enfants dont les parents pensent encore comme du temps d’Ebola. C’est pourquoi ils sont réticents à la vaccination de leurs enfants », a précisé madame Lila Lucie Condé.

Sur la question concernant le nombre de cas enregistrés dans la préfecture de N’Zérékoré, notre interlocutrice répond : « je ne peux pas vous donnez maintenant un chiffre, nous avons envoyé le rapport au département. Tout ce que je peux vous dire, c’est qu’il y a beaucoup d’enfants qui sont concernés. »

La rougeole est une maladie contagieuse qui affecte les enfants principalement et se manifeste par des éruptions cutanées, la fièvre, le rhume et la conjonctivite. Non traitée, cette maladie peut provoquer la pneumonie, la surdité voire la cécité chez l’enfant. Toutefois, cette maladie est évitable par la vaccination.

 

Facely Konaté

Correspondant à N'zérékoré, Guinée Forestière.

Facely Konaté