Éliminatoires CAN 2019 : le derby des voisins ou le choc des éléphants dans l’antre de Bouaké

09 juin 2017 15:15:29
0

Quatre mois après les festivités de la biennale du football africain au Gabon, la première journée des éliminatoires de la CAN 2019 démarre ce week-end en Afrique. A Bouaké, le Syli (éléphants) national de Guinée affronte, demain samedi, au stade de la paix de Bouaké, les éléphants de la Côte d’ivoire. C’est le derby des voisins ou le choc des éléphants.
Lourdement corrigés en amical contre la Hollande (5-0), les ivoiriens veulent se racheter face aux guinéens, eux aussi, battus en amical par l’Algérie (1-2). Sur papier, les ivoiriens sont légèrement favoris. Puisque, non seulement ils jouent sur leurs propres terres mais aussi dans leur confrontation respective, les ivoiriens ont gagné quatre fois pour deux nuls.
Pour ce samedi, le trio arbitral sera angolais, alors que le commissaire du match est sénégalais.
A la veille du match, les deux équipes ont foulé les terres de Bouaké, la deuxième ville du pays. En conférence de presse, le nouvel entraîneur belge de la Côte d’ivoire, Marc Wilmots, a dit tout le bien qu’il pense de la Guinée. Il prédit un match difficile ce samedi à Bouaké. « Le Syli national est une équipe solide et technique, qui a beaucoup de qualité ».
Cependant, malgré tous ces compliments, Wilmots, qui fait son baptême de feu sur le banc ivoirien, entend arracher les trois points. Non seulement pour bien débuter les éliminatoires, mais également, pour rendre hommage à Chieck Tioté, décédé à 30 ans en Chine.
« C’est l’objectif principal de ce match. Il n’est pas décisif mais il faut rester intelligent et le gérer au mieux. Ça va se jouer au mental et les joueurs doivent aller chercher cette victoire ».
Après la défaite contre la Hollande, le problème de capitanat avait commencé à polluer les rangs des ivoiriens mais Wilmots a tranché. « Avant mon arrivée, il y’avait de grosses disputes sur le capitanat. Pour éviter toute dispute, j’ai décidé d’attribuer le brassard au joueur qui a le plus de sélections et qui débute le match. S’il est remplacé, celui qui le suit en nombre de sélections prend le brassard et ainsi de suite. J’en ai discuté avec Kalou, je le ferai avec Serey Dié et Gervinho. Mais dans l’ensemble tous ont compris », a-t-il martelé.
Dans l’autre rencontre du groupe, la Centrafrique accueillera le Rwanda, dimanche à Bangui.