mardi, 28 février 2017, 00:55 GMT

L’État guinéen va-t-il supprimer les bourses d’entretien et d’études qu’il accorde chaque fin de mois aux étudiants ? C’est en tout cas l’information qui circule actuellement dans les différents campus universitaires. Selon ces informations, cette mesure rentrera en vigueur à partir de l’année universitaire prochaine (2017-2018).

 

En séjour à N’Zérékoré et dans une interview accordée à la rédaction régionale de votre quotidien électronique Guinéenews, Dr. Binko Mamady Touré, Secrétaire Général du ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, a indiqué qu’aucune décision n’est encore prise par rapport à cette question. Selon lui, les cadres du département doivent y réfléchir les mois à venir.

« Je ne vais pas m’aventurer sur cette piste, nous sommes en train de réfléchir sur les nouvelles modalités d’octroi de bourses d’études et d’entretien aux jeunes qui arrivent à l’université. Nous allons commencer les réflexions à partir du mois de janvier et les résultats seront portés à la connaissance du grand public », nous a confié le Secrétaire Général du ministère de l’Enseignement Supérieur.

Selon lui, il y a assez de mesures qui sont en train d’être envisagées au niveau du département de tutelle pour la qualification de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique.

Récemment, le ministre Abdoulaye Yéro Baldé, à travers un arrêté, a érigé plusieurs centres universitaires du pays en universités. Il s’agit des centres universitaires de Kindia, Labé et N’zérékoré. Et pour certains observateurs, cette décision vise à orienter désormais les nouveaux bacheliers dans des universités de leurs régions d’origine. Une information balayée du revers de la main par le numéro 2 du département de l’enseignement supérieur.

«Il n’y a pas de régionalisation des études. Cela est pratiquement impossible, peut-être qu’il s’agit de fausses rumeurs. Prenez par exemple celui qui veut être ingénieur Génie-civil et qui est à Lola, il n’y a aucune possibilité pour lui sauf que d’aller à Conakry. S’il veut faire Mines et Géologie même s’il est à Zoo (une sous-préfecture de Lola), il faut qu’il aille à Boké. Donc, cela n’est pas possible et il n’est même pas envisageable », a précise Dr Touré.

Et d’assener : «Nous sommes en train par contre d’approcher l’école des apprenants. C’est pourquoi nous avons crée cette année à N’Zérékoré, une faculté des lettres et sciences humaines. Dans le passé, le jeune de la région forestière qui avait le Bac en Sciences Sociales, le coin le plus proche de lui c’était Kankan. Maintenant cette année nous avons recruté 150 parmi eux qui peuvent souffler et rester à N’Zérékoré. L’année prochaine, il y aura une augmentation du nombre et au fur et à mesure que les conditions d’accueil se prêtent, ce nombre va être amélioré. »

 

Facely Konaté

Correspondant à N'zérékoré, Guinée Forestière.

Facely Konaté