lundi, 27 février 2017, 20:20 GMT

Le gouvernement d’Alpha Condé vient de faire une machine en arrière dans le bras de fer qui l’oppose aux enseignants contractuels non-admis aux concours. En effet, lors des négociations avec les centrales syndicales de l’Education, le gouvernement aurait proposé aux enseignants contestataires de passer une année de stage à l’ENI ou à l’ISSEG avant d’être engagés à la fonction publique, a-t-on appris.   

 

 

Abordant la question des enseignants contractuels non-admis au concours de recrutement, le Secrétaire général adjoint de la Fédération Syndicale Professionnelle de l’Education (FSPE), a réitéré que leur combat est d’intégrer tous la fonction publique.  Ben Soriba Camara a, toutefois, rappelé que le le gouvernement leur a proposé de faire des stages de perfectionnement à l’Ecole Normale d’Instituteurs (ENI) ou à l’Institut Supérieur des Sciences de l’Education Guinée avant d’être recrutés sur la base d’un concours qui sera organisé à leur intention.

Les enseignants contractuels, par la voix de leur porte-parole Mohamed Bangoura, ont indiqué déjà qu’ils rejettent cette proposition par le gouvernement. Car, rétorquent-ils,  ce sont plutôt des nouvelles recrues qui ont besoin de formations et non eux qui ont enseigné durant plusieurs années.  

«Les députés ont été clairs avec nous, ils nous ont dits qu’il y a deux façons d’accéder à la fonction publique. Soit par la voie d’un concours soit par nécessité», a indiqué Mohamed Bangoura joint au téléphone par Guinéenews. Et d’ajouter sèchement: «ceux qui ont été recrutés, ce sont eux qui ont plutôt besoin de formation.»

 

Sékou Sanoh

Conakry, Guinée 224-664-35-11-21

Sékou Sanoh