mercredi, 29 mars 2017, 01:24 GMT

Les écoles de la commune de Kérouané ont été paralysées dans la matinée de du lundi 9 janvier 2017 par un mouvement spontané mené par des enseignants contractuels, a-t-on constaté sur place.

 

Partis du collège Almamy Samory Touré (AST), les enseignants contractuels au nombre de 7 dont un contractuel d’Etat, ont investi les rues de Kérouané. Ils ont reçu ce lundi matin dans leur revendication, le renfort des élèves. Sur leurs pancartes on pouvait lire: Vive les contractuels !  Vive l’école guinéenne ! A bas le mensonge ! A bas la corruption !

Du collège AST, les  manifestants se sont dirigés vers la Direction Préfectorale de l’Education (DPE) puis à la préfecture pour exprimer le ras- le- bol.

Le porte-parole des manifestants a dénoncé le manque de solidarité de leurs collègues titulaires et des cadres de l’éducation de Kérouané à leur cause après leur échec au concours d’intégration à la fonction publique. Devant cette indifférence, les contractuels menacent de fermer les portes des classes tant que leur exigence (leur intégration à la Fonction publique sans délai, ndlr), n’est pas satisfaite.

 De la DPE, le groupe de contractuels marcheurs a mis le cap sur le siège de la préfecture où toutes les autorités et cadres l’administration préfectorale et de l’éducation y étaient présents. Sur place, les autorités ont tenté d’engager des négociations avec les frondeurs. Mais ces tentatives de les ramener à de meilleurs sentiments ont été vaines.

préfet Damou, Kérouanés l’échec de ces pourparlers, les manifestants se sont dirigés respectivement vers l’école primaire Koya Amara Camara et le lycée où les cours ont été fortement perturbés par des jets de pierres. Et puis s’en suit une véritable intifada entre élèves agresseurs et ceux qui étaient en cours.

.

Devant la gravité et la tournure que prenait la manifestation, les autorités administratives, éducatives, les APAE, les services de sécurité ont tenu une réunion de crise qui a été présidée par le préfet de Kérouané, Damou Kanté en vue de trouver urgemment une solution.

 

Kerouwané, Haute Guinée

Mariama Mamady Camara