Education : Lancement du BEPC à Fria en présence des autorités locales

29 juin 2017 16:16:00
0

Le centre Amitié a servi de cadre ce jeudi 29 juin 2017 pour le lancement officiel de l’examen du BEPC session 2017 en présence des autorités préfectorales communales et de l’éducation.

Avant de permettre à une candidate d’ouvrir l’enveloppe pour la première épreuve de rédaction, Hadja Gnalèn Condé préfet de Fria s’est adressée aux candidats en ces termes :  » J’ai l’insigne honneur de venir ce matin lancer les premières épreuves du BEPC, je suis très ravie d’être dans une salle de jeunes filles, et je pense que c’est un signe de réussite. Que les épreuves se passent dans de bonnes conditions comme l’ont été avec vos petits frères. Les surveillants quant à vous,mon vous demande seulement le respect de la déontologie des examens. Il n’y aura pas de négociations avec un surveillant qui ne sera pas dans les normes des règles de la surveillance cette année « , a-t-elle déclaré.
 » Je vous avoue que le lancement de l’examen du BEPC session 2017 s’est passé dans de bonnes conditions ; les autorités préfectorales et communales étaient présentes ainsi que la presse. Vous savez que les examens de cette année connaissent des innovations telles que la non prise en compte des notes de classe. Pour être candidat, il faut avoir la moyenne qui constitue le passeport, l’APEAE, la société civile, la commune sont aussi impliquées dans le processus de l’examen, l’interdiction formelle du téléphone dans la salle autant pour les candidats que pour les surveillants ; les candidates voilées doivent être fouillées et deux surveillants par salle « , a rappelé Moriba Sidibé, le directeur préfectoral de l’éducation comme innovations et dispositions prises par le ministère en charge  de l’éducation pour un bon déroulement de ces examens.
Au terme des épreuves de rédaction et d’histoire pour cette première journée, les quelques candidats approchés se disent confiants et trouvent les épreuves abordables. Ce sont au total 1427 candidats inscrits dont 623 filles de l’enseignement général et franco-arabe répartis dans 4 centres avec 94 surveillants.