Économie : Grève à la société Forêt Forte, à N’zérékoré

03 juin 2017 13:13:28
1

Les travailleurs de Forêt Forte, une société d’exploitation de bois basée à N’zérékoré sont depuis ce matin en grève pour réclamer un bon traitement a constaté sur place Guinéenews© à travers sa rédaction locale.

A l’origine de cette grogne des quelques 1500 travailleurs, la récente visite du ministre de l’industrie et des PME, Boubacar Barry dans la région. Une visite au cours de laquelle les responsables de la société auraient dit que les travailleurs sont payés entre deux millions cinq cent mille à trois cent mille. Des allégations que réfutent les employés qui ont arrêté de travailler pour demander de meilleures conditions.

« On a menti au ministre. Nous sommes très mal payés. Les gens sont payés entre 200 mille à 800 mille. Moi je travaille ici depuis 2006 et je ne reçois que 500 mille. D’ailleurs, il n’y a pas de salaire fixe et je peux même dire qu’il n’y a pas de contrat. Tantôt tu as 500 mille tantôt 300 ou 200 mille. Même si tu as un décès et tu ne viens pas au travail, on coupe ton salaire. Il n’y a pas de permission, pas de sécurité au travail, pas de soins sanitaires. Nos patrons ont deux bulletins, un pour nous et l’autre pour eux », dénonce un employé très en colère.

Les travailleurs exigent désormais qu’ils soient payés conformément aux bulletins qui ont été montrés au ministre ainsi que l’amélioration de leur condition de travail. Sans quoi ils refusent de reprendre les activités.

Au moment où nous publions cette dépêche, les négociations entre représentants des travailleurs et responsables de la société étaient en cours.

Nous y reviendrons…

  • CONDÉ ABOU

    Bon Dieu. Guineenews, c’est quoi exactement cette entreprise de plus de 1.500 employés rien que pour l’industrie de la coupe du bois à N’Zérékoré, au moment où l’on crie sur tous les toits du monde, que le changement climatique est en train de compromettre la vie sur la planète, particulièrement dans les pays très pauvres comme la Guinée ?

    Votre radar sur cette entreprise serait d’une très grande utilité pour alerter l’opinion publique nationale et internationale sur ce qui est en train de se passer dans cette entreprise dont je ne dispose d’aucune information précise en ce moment.

    C’est impossible d’y croire avec tout ce qui est en train de se faire au regard de la destruction à une vitesse vertigineuse du peu de ressources forestières qui restent au pays, rien qu’en parlant de 1.500 employés dans une entreprise industrielle en pleine Forêt tropicale à N’Zérékoré.

    Une forêt, n’est ni plus, ni moins que le poumon de la régulation climatique et du maintien de la biodiversité. Combien de milliers d’hectares disparaissent par an, du peu qui reste au pays dans cette zone de la Forêt Guinéenne ?

    Pourquoi couper la forêt Guineenne sur une telle échelle, rien que pour vendre les ressources forestières du pays à d’autres entreprises étrangères dont les pays et les Gouvernements refusent publiquement la coupe du bois chez eux ? Où est la logique et où est le bon sens ?

    Regardez tout simplement, dans quels pays vont ces bois, et prenez les statistiques de leurs réserves forestières et leurs politiques publiques en matiere d’environnement ?

    Il est quasiment impossible de couper aujourd’hui le bois dans des pays comme la Chine (197 millions d’hectares de forêts en 2005), la Russie (809 millions d’hectares), le Canada (310 millions d’hectares), le Brésil (478 millions d’hectares) à la meme date selon la FAO.
    Bon Dieu combien d’hectares de forêts nous reste-t-il en Guinée pour choisir de se lancer dans cet enfer de la coupe du bois en Guinée Forestière ?

    Les Nations Unies disent que les arbres, composantes dominantes de systèmes écologiques variés et complexes que sont les forêts, constituent l’un des réservoirs vivants le plus large de monoxyde de carbone, le “gaz à effet de serre” qui contribue le plus au réchauffement de la Terre et à l’évolution climatique de la planète.

    Quelle est la politique de cette entreprise de 1.500 employés au nom méprisant et révoltant de “Forêt Forte” et qui s’investit aussi démesurément dans la coupe du bois à N’Zérékoré ?
    Et dans tout ce decor calamiteux, pour quelle retombée en faveur des populations, des générations futures et pour le pays ?

    Incroyable, que nous ne soyons même pas capables de nous investir dans la production agricole et dans les cultures de rente au lieu d’ouvrir les portes de la Forêt Guinéenne à des entreprises dévastatrices du patrimoine national. Bon Dieu !

    Il faudrait à mon avis porter immédiatement le débat national sur l’avenir de cette entreprise à l’Assemblée Nationale et appeler les Nations Unies pour une contre-expertise du Pogramme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE), sur la réalité de cette entreprise malfaisante sur tous les plans pour le pays.

    C’est ma première fois, de savoir qu’il existe une entreprise d’une telle capacité à N’Zérékoré dédiée au ravage dans la forêt, que dis-je au pillage et à la destruction du patrimoine national.
    L’heure est grave pour l’écosystème à N’Zérékoré. Impossible de comprendre le silence de la Société Civile et des Partis politiques devant cette catastrophe annoncée pour le pays.

    Quelle hypocrisie lamentable de parler de protection de la nature dans ce pays, au moment où le peu qui reste de la forêt tropicale Guinéenne s’envole sous les regards même de tout le monde !

    Pourquoi le Sénégal s’investit-t-il activement et depuis plus de 15 ans pour la protection de la forêt qui lui reste dans la partie méridionale limitrophe de la Gambie et de la Guinée Bissao ?

    Cette situation nous interpelle tous, et assombrit dangereusement l’avenir de l’écosystème à N’Zérékoré. C’est un bien naturel qui appartient à notre génération, mais surtout aux générations futures du pays. Quelle gaffe pour le pays !