Des précisions sur l’hélicoptère qui crée du buzz à Conakry

09 septembre 2017 20:20:21
0

Sur son compte Facebook, Aladji Cellou, conseiller au ministère de la défense nationale, a donné cinq précisions relatives à l’hélicoptère (photo crédit Wikipédia), qui fait tant de bruit à Conakry.

Tôt ce samedi, la famille du chef de l’opposition guinéenne, Cellou Dalein Diallo, a été tiré de son sommeil, par les vrombissements d’un hélicoptère au dessus de sa résidence.

Une nouvelle qui a mis le vice-président de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) dans tous ses états. En marge de l’assemblée ordinaire de l’UFDG, Dr Fodé Oussou Fofana a fait savoir que l’hélicoptère en question a survolé le domicile de son patron de 9h 40 jusqu’à 9h55.  « Non seulement, l’hélicoptère a survolé le domicile, mais aussi on a vu des gens prendre des photos », a-t-il martelé. « Nous allons nous retrouver immédiatement pour demander au gouvernement des explications ».

Soucieux d’éclairer l’opinion, le conseiller au ministère de la défense nationale, a apporté cinq détails. Des précisions, qui pourraient couper court aux polémiques et aux interprétations.

Première précision, un hélicoptère bien identifié a effectivement survolé à basse altitude, pas seulement le domicile privé du leader de l’UFDG mais tout le littoral de Conakry : les Corniches nord et sud, la route Le Prince jusqu’à Lansanaya ainsi que le bord de mer de Kaloum.

Par conséquent, aucun domicile particulier d’aucun citoyen en particulier n’était visé (deuxième précision).

Et ce hélicoptère n’appartient pas au ministère de la Défense nationale (troisième précision).

Autres détails, un cameraman de la RTG qui filmait était à bord de cet hélicoptère

Cinquième précision, l’hélicoptère en question était chargé de déterminer les points « critiques » où les ordures sont entreposées de façon sauvage dans la capitale, en vue de leur « évacuation » et « traitement » dans les brefs délais par des partenaires étrangers.

Mais selon plusieurs observateurs avertis, pour une telle action d’envergure, les autorités auraient dû prévenir les citoyens auparavant, en diffusant un communiqué officiel.

C’est quand même un hélicoptère, disent-ils, qui survole à très basse altitude à Conakry avec un cameraman qui filmait à bord.