Délestage à Labé-ville : des quartiers entiers plongés dans le noir depuis deux jours

19 mai 2017 9:09:04
0

Ces derniers jours, une légère perturbation dans la desserte du courant électrique est constatée à Labé. Plusieurs secteurs sont plongés dans le noir. Pis, le peu  de courant qui est servi à la population est de très faible tension. Une situation que déplorent les citoyens de la ville.

Rencontré, le responsable technique d’EDG de Labé revient sur les raisons de ce dysfonctionnement au micro de Guinéenews.

Actuellement, c’est seulement certains quartiers et secteurs qui sont éclairés au détriment d’autres dans la cité de Karamoko Alpha. C’est le cas du secteur 1 du quartier Pounthioun qui est dans le noir depuis mardi soir. Sur les raisons de cette perturbation, Dieng Oumar Bailo explique: « par rapport à la distribution, nous avons trois départs. Et sur ces trois, un départ peut être coupé au moment où les deux autres fonctionnent  par suite d’une coupure programmée, si nous travaillons sur la ligne. S’il y a aussi un problème sur la ligne, le courant se coupe de lui-même. C’est automatique », détaille M. Dieng.

Pour le cas spécifique des coupures intempestives de ces deux derniers jours, le technicien précise: « pour le cas de ces deux derniers jours, il y a eu deux ou trois coupures. La première coupure, on nous a signalé qu’il y a du feu quelque part. Moi-même, j’ai ordonné la consignation, ils ont coupé. Quelque temps après, il y a eu fumée à la sous-station. L’opérateur a constaté la sensation. Il était tenu obligé de couper les départs pour sauver les équipements », justifie-t-il. 

  Le courant est servi à la population en cette période, seulement la qualité laisse à désirer. De ce fait, le technicien dégage la responsabilité de son service. « La faiblesse de la tension, ça ne dépend pas de nous. Actuellement, presque aucune centrale hydraulique ne débite 24 heures sur 24. C’est le système interconnecté que nous sommes en train d’utiliser. Donc, ce n’est pas facile de recueillir une bonne tension surtout avec la distance qui existe entre Tombo et Labé », conclut Dieng Oumar Bailo.

Fatoumata Dalanda Bah pour Guinéenews.org