Culture : Bantama Sow prend le contrepied d’une décision prise par son prédécesseur

14 septembre 2017 12:12:51
0

L’heureuse récipiendaire de la couronne de Miss Africa Continent, entourée des membres du Comité Miss Guinée (Comigui), a été reçue en audience par le ministre des Sports, de la culture et du patrimoine historique ce mercredi 13 septembre 2017.

Asmaou Diallo était venue présenter son sacre qu’elle s’est adjugé en Afrique du sud au ministre Sanoussy Bantama Sow. Une audience que le tout-nouveau ministre a mise à profit pour balayer du revers de la main gauche une décision prise par celui qu’il relève à ce poste.

« C’est avec beaucoup de joie que je reçois notre Miss. Miss Guinée devenue Miss Afrique, c’est un honneur pour toute la Guinée. Donc, au nom du gouvernement et du président de la République, le Pr Alpha Condé, je remercie et félicite l’encadrement qui l’a accompagnée, qui l’a encouragée, qui l’a boostée jusqu’à ce qu’elle ait eu le courage de représenter dignement notre pays à ce concours », a témoigné d’emblée Bantama Sow.

Poursuivant, l’orateur a, au nom de son département, indiqué qu’au cours de ce mandat, il ne ménagera aucun effort pour accompagner Mlle Diallo qui sera d’ailleurs l’ambassadrice de la Guinée à de nombreux événements culturels.

« Et s’il le faut, les jours à venir, notre département aussi peut lui confier une autre mission. Parce que la mission de ce ministère, c’est de rassembler la jeunesse guinéenne à tous les niveaux. Le ministère doit être un vecteur d’unité et de paix. Et là, nous utiliserons toutes les bonnes volontés, toutes les personnes ressources pour que les Guinéens se donnent la main, pour que les Guinéens disent que sans paix, sans unité, on ne peut réussir absolument rien. »

S’adressant à la présidente du Comité Miss Guinée, Sanoussy Bantama Sow a réitéré à Johanna Barry toute la disponibilité de son département pour l’accompagner dans son combat de promotion de la beauté physique et intellectuelle de la jeune fille guinéenne.

« Peut-être qu’à la sortie à la télé aujourd’hui, les gens vont dire : ‘‘Ah !  Bantama a reçu la Miss. Avant, il y avait ceci ; Il y avait cela’’. Non ! L’élection Miss, ça existe partout à travers le monde. La Guinée ne peut pas faire exception », a-t-il clarifié.

Nous verrons comment les choses fonctionnent. S’il y a des tirs à rectifier, nous allons les rectifier pour que la Guinée soit fière du Comité qui pilote l’élection Miss. Parce qu’il faut éviter que ça crie à chaque élection. Cela ne fait pas honneur à la Guinée, encore moins au ministère. Nous prendrons toutes les dispositions pour que le ministère soit fier de ce Comité. Mais nous n’allons pas accepter que des personnes portent préjudice à l’évolution de cette activité. Nous prendrons l’intérêt supérieur de la nation », a-t-il placé en guise de conclusion.

Le défilé -en bikini- des concurrentes du concours Miss 2017 avait souffert de plusieurs interprétations. Une situation qui avait amené le ministre de la Culture, des sports et du patrimoine historique d’alors de suspendre toutes les activités du Comité Miss Guinée jusqu’à nouvel ordre. Et pour cause ? Siaka Barry y trouvait une transgression des valeurs culturelles guinéennes et une atteinte à l’intégrité de la jeune fille, future directrice nationale, ministre, Première dame ou pourquoi pas présidente de la République ?