Croisade anti alcool frelaté à N’Zérékoré: Alpha Condé somme les autorités locales de fermer les unités de production sinon…

09 octobre 2017 9:09:08
0

C’est une lutte sans merci que le président Alpha Condé compte désormais mener contre la fabrication de l’alcool frelaté en région forestière. Le chef de l’exécutif guinéen a haussé le ton samedi 7 octobre à Gouécké, une sous-préfecture située à environ 40 kilomètres de N’Zérékoré, lors de l’inauguration d’une infrastructure sanitaire.

A en croire Alpha Condé, ce sont ces alcools frelatés qui détruisent les jeunes de la Forêt. « Cessez de fabriquer l’alcool frelaté qui détruit nos jeunes et nos familles…», a conseillé le président Condé avant de menacer : « si vous ne cessez pas de vous-même, je serai obligé d’utiliser la force. J’en verrai des militaires et des gendarmes pour casser toutes les usines qui fabriquent de l’alcool frelaté parce que c’est un poison pour nos populations, nos jeunes…»

Poursuivant, Alpha Condé demandera aux sages d’agir pour que ce fléau cesse sinon, a-t-il prévenu, «  je serai obligé de faire à votre place. »

« Les latins disaient ‘’un esprit sain dans un corps sain’’. Comment vous pouvez travailler lorsque vous êtes malades ? Il faut arrêter de vous empoisonner, a-t-il dit.

Plus loin, il donnera un mois au gouverneur et au préfet pour fermer toutes les usines clandestines de fabrication d’alcool frelaté faute de quoi, ils perdront leurs postes.

«Nous voulons que d’ici deux ans, la plupart des jeunes guinéens aient du travail. Pour cela, il faut vous débarrassez des stupéfiants. Je donne un mois au gouverneur et au préfet de mettre fin à toutes les usines clandestines de fabrication d’alcool frelaté. S’ils ne le font pas, c’est leurs postes qu’ils vont perdre. S’ils ont peur des gens, c’est tant pis pour eux. C’est clair, nous ne voulons plus que des gens soient empoisonnés en région forestière », a martelé Alpha Condé.

Deux unités de production visées ?

Pour certains observateurs, ce discours du chef de l’Etat est orienté contre les sociétés Distilleries et RICTO, deux unités de fabriques de boissons alcoolisées basées dans la préfecture de N’Zérékoré. Depuis quelque temps, des acteurs de la société civile dénoncent par exemple, la consommation d’une boisson appelée ‘’Force tranquille’’. Pour eux, cette boisson ne répond à aucune norme et ils pensent même que c’est ce qui amènerait les jeunes à adopter des comportements bizarres.

Lors de la tournée qu’il a effectuée au mois de mai dernier dans la région, le ministre de l’Industrie, Boubacar Barry avait aussi décidé de fermer ces deux unités avant d’ordonner la réouverture un mois plus tard.

Mais du côté de certains responsables de ces unités, ce discours d’Alpha Condé n’est pas contre eux car, disent-ils, « nous avons tous les papiers nous autorisant d’exercer dans le pays. »