Crise politique : l’opposition communie sa marche pacifique du 27 septembre en marche funèbre

25 septembre 2017 16:16:56
0

Lors d’une rencontre qu’ils ont tenue ce lundi 25 septembre  au QG de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) à Hamdallaye(CBG, les leaders de l’opposition ont annoncé le maintien de leur marche pour le 27 septembre, mais elle ne sera pas politique cette fois. Ils ont décidé de procéder à l’inhumation de Ibrahima Sory Sow et d’Ismael Bah, tous tués par balles lors de la marche du 20 septembre dernier.

Alhoussein Makanéra Kaké, a indiqué que l’opposition condamne le meurtre de ces deux jeunes et exige l’identification et la condamnation des coupables. «L’opposition a décidé de condamner énergiquement cette façon de faire de nos forces de défense et de sécurité. A partir d’aujourd’hui jusqu’au jour où le gouvernement prendra la responsabilité de rechercher et de mettre à la disposition de la justice les présumés coupables afin qu’ils soient jugés et condamnés, nous allons marcher contre l’impunité, pas seulement pour les militants de l’opposition, mais pour tous ceux qui sont morts de par la faute de nos forces de défense et de sécurité», a-t-il déclaré.

C’est pour cette raison, dit-il, que les leaders de l’opposition vont manifester, désormais dans tout le pays à partir du 4 octobre: « le mercredi 27 septembre, nous organisons une marche funèbre et le lendemain une journée ville morte. Le mercredi 4 octobre nous invitions l’ensemble des populations guinéennes, à travers tout le territoire national de marcher contre l’impunité. Et le lendemain sera une journée ville morte

Pour eux, la ligne rouge a été franchie et qu’ils continueront de manifester contre l’impunité jusqu’à ce que justice soit faite pour toutes les victimes, qu’il s’agisse du camp de l’opposition et des simples citoyens : «nous estimons aujourd’hui que notre gouvernement ne fait pas assez d’efforts pour défendre la société guinéenne. Et nous estimons que ceux qui sont en train de tuer ont atteint la ligne rouge. C’est pourquoi à partir de cet instant, nous allons continuer la manifestation jusqu’au jour où ils vont mettre la main sur ceux qui sont en train de tuer les citoyens guinéens. »