Crise politique au Togo : La médiation guinéenne au four et au moulin à Lomé

04 décembre 2017 14:14:54
0

Les lignes commencent à bouger au Togo dans le bras de fer qui oppose, depuis trois mois, le régime du président Faure Eyadema à son opposition, regroupée au sein d’une coalition de quatorze partis politiques. Sur le terrain, la médiation guinéenne et les facilitateurs ghanéens multiplient les contacts pour tenter de rapprocher les deux camps politiques.

Sauf changement de dernière minute, le dialogue politique inter-togolais pourrait démarrer d’ici le 10 décembre, a-t-on appris dans la presse togolaise. « Les lignes commencent à bouger. La méthode guinéenne me paraît simple et efficace. Contrairement aux ghanéens, la Guinee veut instaurer des mesures de confiance avant l’ouverture du dialogue, alors que les ghanéens, eux, veulent aller directement au dialogue », nous a confiés une source au téléphone.

« A ce stade, les préalables soulevés par l’opposition togolaise avant toute participation au prochain dialogue, semblent évacués. C’est comme la sécurité des leaders politiques, le droit de manifester, le retrait de l’armée au Nord du Togo, d’où sont parties les manifestations, la libération des détenus politiques. Le seul point d’achoppement, c’est entre autres la libération des deux imams de Sokode », a encore rajouté notre source.

« Tout se passe bien. On est optimiste. Les lignes commencent à bouger. L’opposition togolaise se dit prête à aller au dialogue mais à condition qu’il y ait des mesures d’apaisement », conclut-elle.

Depuis le mois d’août dernier, l’opposition togolaise multiplie des manifestations géantes à Lomé et dans les principales villes du pays pour exiger une série de revendications. Comme le retour à la constitution de 1992, la révision du cadre électoral, le déverrouillage des institutions républicaines et la libération de tous les détenus politiques.

En visite officielle à Paris, le président Alpha Condé s’était entretenu avec les représentants de l’opposition togolaise, quelques semaines avant la visite du président Faure à Conakry. Après tous ces contacts, il a dépêché son conseiller personnel, Tibou Kamara, à Lomé, qui y un fait un travail sous-terrain depuis une semaine.

Dans une interview accordée à RFI et à France 24, le président Français, Emmanuel Macron, avait fait cas de la médiation guinéenne au Togo. Il avait fortement encouragé le président Condé.