Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara ouvre le jeu politique

07 août 2017 9:09:56
0

Pour la fête d’indépendance de la Côte d’Ivoire, Marie-José Talou a rapporté la médaille d’argent au championnat mondial d’athlétisme de Londres. Elle a loupé la médaille d’or de justesse (1/100ème de seconde) derrière l’Américaine Tori Bowwie qui, surgissant de derrière en longues enjambées, a tendu son long cou sur la ligne. La médaille d’argent au championnat mondial d’athlétisme comme trophée pour l’an 57 de la Côte d’Ivoire, c’est bien prenable.

Ceci dit, Alassane Ouattara a adressé un discours pathétique aux Ivoiriens, discours dans lequel pas un mot plus élevé qu’un autre n’a été entendu, il a ressorti les projets de développement des 3 prochaines années de son dernier mandat et a exhorté tous les Ivoiriens à l’unité. Pour ce faire, il a ouvert le jeu politique et précise que tous les Ivoiriens pourront se présenter à l’élection présidentielle de 2020.

 L’observateur ne peut s’empêcher de voir et de comprendre que ce discours est singulièrement adressé à Guillaume Soro qui trépigne au Perchoir et dont les attaques récurrentes et les caches d’armes multiples sont attribuées par la rumeur. Accusations réelles ou controuvées, allez savoir puisque tout ce qu’on reproche à l’actuel président de l’Assemblée Nationale ne lui a pas été formellement signifié et les enquêtes ouvertes tardent à aboutir à une conclusion allant à son inculpation. Certains ne peuvent s’empêcher de penser que Alassane Ouattara est trop longanime dans son pacifisme à sauvegarder l’unité de son pays. Il est vrai qu’une autre crise ouverte mettrait tous ses projets de sortir son pays de l’ornière iraient à vau-l’eau.

Quant à Guillaume Soro, la route à la Présidence ne lui est plus interdite, si cela peut ramener le calme, les attaques dont on lui attribue de rôle de marionnettiste, vont continuer ou cesser ?

Enfin, on peut se demander si la décision de Ouattara d’ouvrir le jeu politique annoncée ce 6 août n’a pas été signifiée à Guillaume Soro depuis un bon moment, parce que pendant le mois de juillet passé, il a demandé pardon aux Ivoiriens de tous bords politique et le pardon adressé formellement au FPI de Laurent Gbagbo avait sonné à l’entendement de certains comme un regret d’avoir prêté main forte à son renversement .

Le discours de Ouattara a donné l’explication au mea culpa de Soro, à moins qu’on se trompe.

Qu’à cela ne tienne et pour autant, peut-on déjà dire que la Côte d’Ivoire retrouve des couleurs ? Qu’en disent les partisans du PDCI de Konan Bédié ? Et la question se pose bien.

Moïse Sidibé