Coopération : signature de deux conventions de financement entre l’UE et la Guinée

29 septembre 2017 16:16:05
2

 Le gouvernement guinéen via son ministère de l’Economie et des Finances, a procédé à la signature ce vendredi 29 septembre de deux conventions avec l’Union Européenne (EU) représentée son chef de délégation à Conakry, Gerardus Giélen.

L’évènement qui a eu pour cadre la salle de conférence du ministère de l’Economie, était rehaussé de la présence du ministre d’Etat, ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, de son homologue de l’Environnement et des Eaux et Forêts ainsi que de nombreux invités et partenaires au développement.

Deux projets qui vont permettre d’aboutir à des résultats très concrets en termes de formation, d’équipements, d’amélioration des services, d’amélioration des relations entre les forces de sécurité et la population civile, de protection de l’environnement, de lutte contre le trafic humain.

Il s’agit du troisième Programme d’appui à la réforme du secteur de sécurité (Parss 3) et qui constitue la suite de la consolidation du programme précédent financé par l’Union Européenne sur les ressources du 10ème Fonds Européen de Développement (FED) et du budget général de l’Union Européenne pour aider le secteur de la sécurité à se restructurer, à trouver un meilleur partenariat entre les forces de sécurité et les civils en République de Guinée.

Deux volets majeurs figurent dans la nouvelle convention axée sur la sécurité, notamment le renforcement de la sécurité intérieure à travers un accompagnement au ministère de la Sécurité et de la protection civile avec une attention particulière à la prise en charge des personnes vulnérables des violences basées sur le genre. Aussi un appui à l’Ecole nationale de la Police et de la protection avec un programme pluriannuel d’appui à la réforme du secteur de sécurité visant d’une part à appuyer le gouvernement guinéen à la réorganisation, la formation et l’installation des différents services de gestion des ressources humaines dans les institutions de sécurité intérieure.

Et de l’autre, à soutenir la réorganisation et le renforcement des capacités au sein du ministère de la Sécurité et de la Protection Civile. Ce, pour une période d’exécution de 96 mois avec un coût de financement de près de 17 millions d’euros. Le programme contribuera à la consolidation de l’Etat de droit, à la promotion des principes démocratiques et à la pérennisation du climat sociopolitique pacifié auquel aspirent nos concitoyens et un environnement favorable pour toutes celles et tous ceux qui veulent investir en Guinée.

  • CONDÉ ABOU

    Vous savez il y a quoi et qu’est-ce que la Guinée gagnera dans ces Conventions que vous présentez ? Des séminaires interminables en perspective, des tables rondes et ateliers organisés dans les plus grands réceptifs de Conakry et dont les patronages seront confiés au Président de la République, au Premier Minsitre ou à d’autres Représentants du Chef de l’Etat !

    Puis, des reportages dignes d’un bal populaire pour les beaux yeux des télespectateurs et des auditeurs de la Radio Nationale. Et puis, le sur-place continue, sans aucun état d’âme.

    Regardez ce qui se passe. L’Union Européenne est dans la phase 3 de ses financements au titre du soutien au Minsitère de la Sécurité Publqiue, et l’on continue royalement d’orienter les fonds du 10ème FED sur les mêmes histoires de renforcement des capacités, de formation des personnels de la Sécurité Publique et de la Protection Civile, et sur l’organisation de cours à l’Ecole Nationale de Police !

    Relisez l’une des précédentes pages de Guineenews, de cette même journée du 29 Septembe2017 intitulée: Guinée – Justice : conséquences des dysfonctionnements de l’appareil judiciaire, sous la plume de Mr. Alhassane Bah.
    C’est à se demander si nous sommes dans le même pays.

    Toute l’Administration pénitentiaire, et les Tribunaux du pays et qui fonctionnent en tandem avec la Force Publique (Police et Gendarmerie) manquent de tout en termes d’infrastructres de base dignes de ce nom, de moyens de travail et d’équipements indispensables à l’amélioration du cadre de travail.

    Le pire c’est que tout ce cocktail misérable et qui plombe le développement et la modernisation de la Force Publique, ne dérange personne au niveau des centres de décision de l’Administration Publique.

    Dans quel état physique se trouvent aujourd’hui l’écrasante majorité des Commissariats de Police, des Directions Nationales et Régionales, à Conakry comme dans les provinces ?

    Quels sont les moyens de travail disponibles et de quels équipements disposent les Policiers et Gendarmes dans ce pays ? Et comment voulez-vous que ces domaines régaliens du pouvoir, puissent faire du résultat au regard de tous les graves défis qui interpellent aujourd’hui le Gouvernement face au danger de la sécurité des citoyens et de leurs biens, ou face aux soucis des investisseurs étrangers désireux de s’installer en Guinée ?

    Les 17 millions d’Euros qui vont être essentiellement consacrés à cette nouvelle réforme du Département de la Sécurite Publique et de la Protection Sociale, partiront progressivement et pendant une durée de 96 mois (soit 8 années) au paiement des Experts et autres Conseillers Techniques qui viendront de l’Union Européenne ou d’autres pays Africains disposant de compétences, selon les choix du bailleur !

    Combien coûteront au pays, l’Expertise et l’Assistance technique étrangère internationale indispensables au développement de ce projet durant les 8 prochaines années ? Dites-le nous, pour que l’on vous comprenne davantage.

    Pour faire venir l’Expertise internationale, et pour assurer les conditions de travail et de séjour, y compris les locations et autres équipements des Salles de conférence, les achats d’imprimantes et de consommables, des projecteurs, et de matériel informatique et de matériel roulant, ce sont les mêmes fonds qui serviront à payer tous les fournisseurs et autres équipementiers Européens ou leurs entreprises sur place en Guinée !

    Résultat:
    Le cycle du projet se terminera par le retour des mêmes fonds chez le bailleur pour rémunérer tous les services et autres facteurs.

    Moralité: Même si ces 17 millions d’Euros du FED devraient être accordés à la Guinée sous forme de dons ou de financemenst non remboursables, quel est le sens de la logique dans laqauelle, l’Administration Publique est en train d’enfoncer le pays ?

    C’est une aberration et un désastre total pour le pays, parce que la Police et la Gendarmerie Nationale resteront dans des conditions physiques de travail calamiteuses.

    Rien qu’en voyant l’état actuel des Commissariats de Police et des Bureaux de de la Gendarmerie Nationale, il n’est un secret pour personne que ces structures de la Force Publique, sont complètement sous équipées face à l’etendue des besoins incompressibles actuels de la sécurité nationale et de la protection civile dans tout le pays.

    Ne nous prenez pas pour des idiots dans des projets aussi lamentables pour la sécurité nationale. Que cette Administration est pathétique et ruineuse pour ce pays.

    Courage à vous, et faites ce que vous voulez. Mais, même dans 100 ans, ce système de gouvernance économqiue ne fera pas avancer la Guinée d’un iota. Quel dommage, et quelle calamité pour ce pays !

  • Amadou Dioulde Souare

    Concrètement, comment 17 million d’euro peuvent contribuer à l’épanouissement de tous ces secteurs : … « de Formation, d’équipements, d’amélioration des services, d’amélioration des relations entre les forces de sécurité et la population civile, de protection de l’environnement, de lutte contre le trafic humain ».
    Soyons un peut sérieux !
    Les occidentaux ne financent rien en Afrique, surtout dans les pays, comme le nôtre, où le sérieux et le patriotisme sont des denrées rares. Aucun de leur sou ne vient en Afrique. Ils nous envoient des experts en carton, dans la plupart des cas, des stagiaires pour résorber le chômage dans leurs pays. Non seulement ses ‘ExPerts’ son très incompétents, mais aussi cherchent à s’éterniser dans leurs missions qu’on appelle d’« Assistance technique ». Une assistance technique de près de 60 ans, sans aucun résultat concrets sur le terrain africain.
    Imaginons seulement les FED : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, etc.…
    Au début des années 1990, dans le cadre de ces FED, la Commission Economique Européenne et la coOPération Française avaient finance des projets qu’ils appelaient : Projets National Promotion d’autosuffisance alimentaire, de promotion de la commercialisation des produits agricoles.
    Résultats : Nos populations sont plus affamées après ces projets qu’il y a trente à quarante ans.
    Des millions d’euro en dette, des séminaires a n’en pas finir, des enquêtes statistiques mal ficelées, La Bank Mondiale est en Guinée depuis les années 1970-80 pour nous aider à résoudre le problème d’eau et d’électricité.
    Résultat : Moins d’eau, moins d’électricité actuellement qu’il y a plus de trente ans.
    C’est dommage que nous soyons ci-naïfs de penser que notre avenir sera construits par les étrangers à travers l’aide. Ces occidentaux ont plus de problèmes que nous. Croire qu’ils sont la panacée pour notre développement, résulte de la naïveté et de l’utopie.
    Nous devons retrousser nos manches et travailler comme les autres, pas attendre que quelqu’un d’autre vienne résoudre nos problèmes, surtout celui-là qui ne peut exister sans l’Afrique, l’européen.