Conflit domanial à Kankan: une décision de justice ravive la tension entre Djélibakoro et Damissakoro

03 août 2017 16:16:26
0

La tension entre les districts de Djélibakoro qui relève de la Sous-préfecture de Batè Nafadji, préfecture de Kankan et de Damissakoro dans la Sous-préfecture de Niandankoro, préfecture de Siguiri, est montée d’un cran le mardi 1er  Août dernier. Et pour cause, la nouvelle délimitation faite sous le contrôle d’un huissier de justice venu de Siguiri.

Selon le président du district de Djélibakoro, Mamady 3 Keïta, l’huissier de justice Ousmane Fadiga en compagnie de certains cadres dont les sous-préfets de Batè Nafadji et de Niandankoro et d’une vingtaine de policiers, a piloté l’opération de délimitation entre les deux villages.

A en croire M. Keïta, l’huissier n’aurait pas obéi à l’arrêt de la Cour d’Appel de Kankan dans la limitation entre ces deux localités.

« Au lieu que les bornes soient implantées conformément aux limites reconnues depuis 1952 et qui a délimité Djélibakoro et Damissakoro à partir du marigot Kokourouni, l’huissier en a fait autrement. Il a reculé d’au moins 2 Kilomètres du marigot en venant planté les piquets dans notre plaine rizicole », a-t-il expliqué avant de faire cette révélation : «lorsque nous l’avons avisé sur cette irrégularité, l’hussier a demandé à la police de faire saisir mon téléphone et celui de mon adjoint.»

Cette nouvelle délimitation contestée a déjà  provoqué à Djélibakoro de vives tensions  au sein de la population. Certains villageois à l’image de Mamady Keïta et Sakoba Douty Keïta, tous citoyens de Djélibakoro dénoncent ce qu’ils appellent ‘’la partialité’’ de la justice dans ce dossier.

D’ailleurs, les deux villages auraient payé la somme de 27 500 000 GNF (Vingt-sept millions cinq cent mille Francs) au titre des frais liés au transport judiciaire, apprend-on.

En dépit de ce nouveau regain de tension, Sakoba Douty Keïta se montre plutôt rassurant et balaie toute possibilité de confrontation directe entre les deux villages antagoniques. «Nous savons que cet acte vise a attisé la tension entre nos deux villages. Mais plus jamais, il n’y aura d’affrontement comme par le passé », a-t-il promis. Cependant, au nom des villageois de Djélibakoro, le président de district réclame vivement à ce que la Justice ramène le tracé à la limite entre les deux villages  à celle fixée par leurs ancêtres.

Rappelons enfin qu’en filigrane de cette guerre de délimitation qui fait rage entre ces deux villages, il y a le contrôle d’une vaste plaine rizicole qui a d’ailleurs provoqué de violents affrontements ayant conduit à la mort de 3 personnes et de plusieurs blessés  depuis 2010.

Amadou Timbo Barry, correspondant à Kankan