Conakry : Les citoyens s’attèlent aux derniers réglages de la fête de Ramadan

24 juin 2017 21:21:02
0
Annoncée pour dimanche 23 juin 2017, les préparatifs de la fête de l’Aid-el fitr  vont bon train dans la capitale guinéenne, Conakry. Ce samedi, femmes, hommes et vendeurs se bousculent dans les marchés. Les routes sont bloquées faute d’embouteillages.
Au carrefour de Cosa par exemple, il est difficile de se frayer un passage, la sécurité routière semble être dépassée. « J’étais en partance pour Koloma marché pour acheter des condiments pour la fête, mais je suis obligée de me retourner tellement qu’il y a les bouchons. J’ai fais entre Cité et Cosa plus d’une heure de temps ; aujourd’hui encore la route est impraticable », fustige Kadiatou Diallo.
Rrencontrée au marché de Matoto en train de faire des achats, Mme Camara nous parle de son menu pour la fête. « Je suis venue acheter des condiments pour la fête. Mais le poulet de chez nous est trop cher. J’ai demandé un coq, on m’a dit que c’est 100 mille que je ne pourrais avoir à moins de 80 mille. Vous imaginez, si vous devez en acheter 3 ou 4 ? La viande aussi, le kilogramme c’est à 38 mille et là aussi, on ne vous donne pas ce que vous voulez », raconte la dame.
Par ailleurs, une jeune fille qui était partie à Madina pour faire des achats raconte : « Aujourd’hui, Madina est bourré. Les voleurs sont partout et c’est très difficile de trouver un véhicule pour le retour. J’ai trop souffert pour rentrer mais heureusement, je n’ai rien perdu ».
À quelques heures de la fête, chacun cherche à régler les derniers détails pour que tout soit parfait le jour-j. Mais cette fois-ci encore, les Guinéens célèbrent la fin du Ramadan dans un contexte économique très difficile. Les prix sont exorbitants et les plaintes viennent de partout.