Conakry: le 42ème anniversaire de la CEDEAO célébré dans la convivialité avec les étudiants

08 novembre 2017 20:20:05
0

La Guinée a célébré ce mercredi 8 novembre le 42ème anniversaire de la création de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). C’est l’Université Général Lansana Conté de Sonfonia, située dans la commune de Ratoma, qui a servi de cadre à cette cérémonie commémorative à travers un débat sur le thème : «vers une région paisible et prospère- vision de la CEDEAO», a-t-on constaté sur place.

Dans son discours de bienvenue, Dr. Mamady Kourouma, Recteur de l’Université de Sonfonia, s’est réjoui de la tenue de la présente réunion de travail de la CEDEAO dans son institution. «Notre Université constitue pour nous un motif d’espoir de voir se réaliser pleinement et dans les faits de tous les jours la communauté prescrite et définie par nos Etats au plan économique et social ainsi que dans le domaine de la science et de la culture», a-t-il dit.

Prenant la parole, la représentante de la CEDEAO en Guinée, Mme Liliane Alapini, a rappelé que de 28 mai 1975 à nos jours, il y a 42 ans, les pères fondateurs de 15 pays de l’Afrique de Ouest signaient le Traité portant création de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), dans le but de promouvoir la coopération économique et l’intégration des économies des pays membres.

Dans la même logique, Mme Alapini a indiqué  qu’il est important de préciser que ce Traité a été révisé et signé à Cotonou, République de Bénin en juillet 1993, pour refléter le désir des pays d’approfondir le processus d’intégration et de développer une coopération plus étroite en matière de paix et de sécurité régionale, de renforcer la stabilité politique et d’accélérer le développement économique de l’Afrique de l’Ouest.

Malgré ces succès enregistrés, a reconnu l’Ambassadrice résidente de la CEDEAO en Guinée, force est de constater aussi qu’il reste encore de grands défis à relever et la CEDEAO doit redoubler d’efforts pour surmonter et rattraper les retards surtout dans le respect de l’application de ses textes, protocoles additionnels et directives communautaires.

Dans son allocution d’ouverture des travaux, le ministre du Commerce, Marc Yombouno, qui représentait le Gouvernement guinéen, a fait savoir que le souci qui l’anime, est de  faire de notre région, pas une région CEDEAO des Etats mais, une CEDEAO des peuples. C’est-à-dire, a-t-il précisé,  faire en sorte que des frontières deviennent imaginaires et  que les relations se renforcent à travers l’intégration économique et monétaire.

«D’ailleurs, c’est ce qui a amené les pays membres en juin 2007 à se définir une vision, la vision 2020. Donc il nous reste que deux ans pour enfin avoir une région démocratique, une région où il y a la prospérité, une CEDEAO démocratique, une CEDEAO prospère à travers l’intégration, à travers la facilité des échanges, à travers la disparition de toutes les entraves liées à la bonne cohabitation et au renforcement de l’esprit d’avoir une CEDEAO des peuples et des Etats», a-t-il expliqué aux étudiants et à l’assistance.

Y étaient présents à cette cérémonie, l’Ambassadrice du Libéria en Guinée, le ministre de l’Elevage et de la Production Animale,  Mohamed Tall, le ministre de l’Industrie et des Petites et Moyennes Entreprises (PME), Boubacar Barry, la Coordinatrice du Système des Nations-Unies, Séraphine Wakana…

Lire vidéo: