mardi, 28 février 2017, 00:59 GMT

Jour j-109. Les choses prennent formes de jour en jour. Conakry se mobilise pour réussir le pari de capitale mondiale du livre en 2017. Ce mercredi, plusieurs organisations non gouvernementales ainsi que des autorités administratives ont répondu présent à la réunion mensuelle préparatoire du commissariat général de Conakry Capitale Mondiale du Livre, a-t-on remarqué sur place.

 

C’est la salle de réunion de lacCommission de l’UNESCO qui a servi de cadre. En présence de plusieurs ambassadrices de la beauté guinéenne (Miss Guinée, Miss RTG, Miss Guinée Canada…) qui ont bien voulu s’associer à cet évènement, le commissaire général CCML, Sansy Kaba Diakité a informé tout un chacun, du niveau d’avancement des préparatifs de cette cérémonie qui se veut annuelle, à partir du 23 avril 2017.

 

Avec l’ouverture de quelques points de lecture – bien que le compte ne soit atteint (soit 130 points de lecture) ou encore le gap financier à combler-, les engagements restent manifestes pour gagner le pari. Mme Binta Ann, présidente de la Fondation FONBALE a promis d’en créer un, au sein même de sa structure sise à Nongo pour le bonheur des enfants en situation difficile.

 

Bien qu’étant à distance, la diaspora guinéenne également s’active pour rendre belle cette fête du livre, prévue cette année au pays de Camara Laye, Thierno Monénembo, Williams Sassine, Alioune Fantouré… 

 

Pour cela, du côté des Etats-Unis d’Amérique, le comité d’organisation CCML basé à Washington avec l’ONG GAEL mettra à disposition, deux conteneurs et 8.000 livres. Une initiative qui selon Hawa Barry, présidente du comité d’organisation de Miss Guinée Amérique du Nord en même temps, ambassadrice CCML, « permettra de ravitailler les points de lecture qui sont très intéressants et moins coûteux que la construction des bibliothèques ».

 

Au-delà de tout cela, le commissaire général CCML, Sansy Kaba Diakité souhaite voir les Guinéens se réconcilier entre eux à travers cette manifestation du livre. Offrir l’opportunité à de nombreux Guinéens vivant depuis belle lurette à l’étranger de revenir partager leurs expériences avec leurs frères, à travers des conférences ou encore donner des cours dans les universités de la place.

 

D’autres initiatives visant à réussir le pari ont été exposées par les nombreuses ONG présentes. Comment communiquer ou informer toute personne intéressée sur les multiples activités prévues ? Des jeunes de l’université Koffi Annan ont plutôt pensé à une application qui sera bientôt disponible sur les téléphones. Quant à la Renaissance africaine, elle dispose de programmes mensuels mettant en lumière, les œuvres littéraires guinéennes ou encore des personnalités dans le but d’aboutir à un changement de mentalité par rapport aux livres avec Conakry Capitale mondiale du livre.

 

Présent, M. Sylla Ibrahima, ministre Conseiller à la Primature s’est dit satisfait des travaux de préparation de cet évènement qui se pointe à l’horizon. Ensuite, il a promis : « On va tout faire pour qu’au sortir de cette réunion, les documents déjà finalisés soient signés afin de booster cet évènement ». 

 

En outre, un décret présidentiel prononcé à 100 jours avant le démarrage des activités, pour en faire un évènement d'intérêt public, permettra à de nombreuses entreprises d'inscrire ce projet parmi les priorités en cette année 2017, qui est celui de la renaissance de la littérature sur le sol guinéen. 

 

Mame Diallo

Conakry, Guinée

Mame Diallo