jeudi, 30 mars 2017, 02:37 GMT

Ça y est ! Le compte à rebours est déclenché. Conakry est à effectivement 100 jours près de recevoir le grand évènement littéraire mondial. Ainsi, Conakry devient la 17ème ville nommée capitale mondiale du livre et la 3èmedu continent africain. Pour le Commissaire général de Conakry Capitale Mondiale du Livre (CCML), Sansy Kaba Diakité, « c’est une opportunité après des crises traversées par le pays ». 

 

J-100, ce mercredi 11 janvier 2017 à la Primature, le Commissariat général CCML a voulu marquer ce jour par le lancement officiel d’une campagne de communication tant à l’échelle nationale qu’internationale pour davantage motiver tous les acteurs de la chaine du livre ainsi que les autorités locales à mieux s’impliquer.

 

Accompagné du Coordonnateur du programme Capitale mondiale du livre à l’UNESCO, Ian Denison ainsi que des ambassadeurs CCML venus de l’Italie, du Nigéria, de la France et aussi du Sénégal (pays invité d’honneur) et également des cadres du ministère de la Culture et du gouvernorat de la ville de Conakry, Sansy Kaba a affirmé que la vision doit être de : « faire de Conakry, le carrefour de la littérature en Afrique et nous pensons que cela est possible ». 

 

Pour y arriver, tout peut partir de la réussite de cet évènement qui pointe à l’horizon, aux dépens de la volonté manifeste des autorités guinéennes à commencer par le chef de l’Etat guinéen,Alpha Condé qui devra déclarer cet évènement à utilité publique. 

 

En tout cas, ce n’est pas un hasard si le pays de Camara Laye a été choisi par l’UNESCO. Selon Ian Denison « l’UNESCO et ses institutions partenaires dont l’Union internationale des éditeurs (UIE) et la Fédération internationale des associations et institutions de bibliothèques (IFLA) n’ont pas fait de faveur dans la nomination. Le dossier de Conakry avait du cœur, il visait surtout la jeunesse et il avait aussi des éléments qui soutenait la promotion de la lecture dans la durabilité », a souligné le Coordonnateur du programme Capitale mondiale du livre à l’UNESCO. 

 

Le ministre de la Culture, des Sports et du Patrimoine Historique, Siaka Barry semble avoir trouvé la recette. « Il faut se donner la main pour réussir le pari, communié ensemble pour écrire cette nouvelle page de notre belle histoire ». Toute chose qui passe par la mise à disposition de moyens financiers pour réaliser les activités telles que la construction des points de lecture dans les 130 quartiers de Conakry pouvant ainsi rendre accessibles les livres à l’ensemble de la population surtout la jeunesse. 

 

L’heure ne doit plus être aux discours mais plutôt à l’action. Et le gouvernement par la voix de Mamady Youla, Premier ministre a laissé entendre qu’on pouvait compter sur eux dans cette belle aventure. Tout de même, les jeunes avec leur dynamisme, leur vivacité ont déjà pris les rênes de ce projet puis qu’ils en seront les premiers bénéficiaires.

 
Mame Diallo

Conakry, Guinée

Mame Diallo