Collision entre deux véhicules à Labota : Le nombre de morts s’accroit !

21 novembre 2017 22:22:19
0

S’il y a un accident qui a défrayé la chronique cette semaine, c’est bien celui survenu à Labota le 18 novembre. On en a beaucoup parlé, le nombre de victimes et les circonstances ont connu moult développements.

Le lieutenant-colonel Yéré Camara, Commandant de la Compagnie Sécurité Routière de Kindia est formel. Il s’agit, affirme-t-il, d’une collision entre deux véhicules, un camion porte-conteneur immatriculé RC 2651Q et un minibus Mercedes RC 1629 R.

Le camion, conduit par Ismael Condé, transportait de l’hévéa en provenance de Diecké, pour le port de Conakry. Arrivé à Labota, au PK 42 entre Kindia et Coyah, pour une raison indéterminée, il a roulé à gauche sur une descente.

Au même moment arrivait, remontant en sens inverse, le minibus conduit par Abdoulaye Camara, transportant de l’engrais pour Kindia.

Chacun des deux véhicules, avait des passagers à bord, deux dans le camion et six dans le minibus.

Dans cette zone réputée dangereuse de par son tracé sinueux, ses virages en épingle à cheveux, ses descentes abruptes, ses remontées harassantes, sa visibilité réduite, tous les ingrédients d’une mauvaise rencontre étaient réunis. Les deux véhicules se télescopent violemment avant d’être entrainés dans le ravin.

Sur le champ, on dénombre 04 morts dont 01femme et les deux conducteurs; 06 blessés plus ou moins graves, parmi lesquels 02 femmes.

A ce jour, le bilan a évolué. Le lieutenant-colonel Yéré Camara indique que l’une des victimes a succombé à ses blessures le lendemain de l’accident. Le nombre de morts est hélas, revu à la hausse : 05, au lieu de 04.

Des victimes innocentes dont les familles et le pays avaient grand besoin.

Dans la classification des infractions au code de la route recueillies chaque année par la gendarmerie routière, la circulation à gauche vient, par ordre de grandeur, à la seconde place, juste après l’excès de vitesse.

Il est facile d’admettre qu’il n’y a aucune fatalité à invoquer quand on circule à gauche.

Toutes les fois qu’un conducteur se retrouve dans ce cas de figure, une explication logique et rationnelle est possible.

Il peut être sous l’emprise de l’alcool ou de la drogue, il peut être stressé, fatigué, distrait ou endormi, ou certaines fois, il peut s’avérer être un mauvais conducteur ayant mal assimilé ses leçons de conduite.

L’évidence s’impose : aucune de ces probabilités ne peut absoudre le conducteur en cas d’accident.

C’est toujours sa responsabilité qui est engagée.

Il avait le choix entre bien ou mal faire.