Chronique-fiction : Lansana Conté – Alpha Condé en tchatche sur Facebook

10 octobre 2017 8:08:55
2

Votre quotidien électronique Guinéenews© continue à plonger ses lecteurs dans le thriller de la politique- fiction. Après son marabout, puis son joueur de cauris, le président Alpha Condé et président de l’Union africaine (UA) a interrompu ses voyages à l’international, le temps d’échanger sur les réseaux sociaux avec son prédécesseur, Lansana Conté, rappelé à Dieu. Une véritable causerie entre mort et vivant par la magie de Facebook. Ils parlent de tout et de rien.

Lansana Conté : bonjour, c’est comment ?

Alpha Condé : je vais bien, par la grâce de Dieu

Lansana Conté : que fais-tu en ce moment ?

Alpha Condé : je suis en ligne sur Facebook et toi ?

Lansana Conté : je jouais au damier mais là, je fume ma cigarette

Alpha Condé : envoie- moi ta photo

Lansana Conté : je t’enverrais, mais pas maintenant

Alpha Condé : pourquoi, pas maintenant ?

Lansana Conté : je ne connais pas faire des selfies et je n’ai personne à côté pour m’aider 

Alpha Condé : ce n’est pas grave. Donc, tu me l’envoies dès que possible. Très content d’échanger avec toi sur Facebook

Lansana Conté : c’est comme moi, j’ai tout fait pour te joindre, mais impossible

Alpha Condé : pourtant, chaque week-end, je dédie deux heures à mes fans des réseaux sociaux

Lansana Conté : j’ai tout fait pour te joindre, impossible. Je t’ai envoyé des courriers. Chaque fois, ton secrétariat me dit que tu es en déplacement

Alpha Condé : c’est ton petit Kiridi qui est au secrétariat

Lansana Conté : mais ce n’est pas vrai, il fait semblant qu’il ne me connaissait même pas

Alpha Condé : plus grave, il est du RPG maintenant. En 2010, c’est lui qui m’avait suggéré de recycler tous les anciens

Lansana Conté : je tombe des nues. Changeons de sujet, sinon, je risque de tomber en syncope. Dis-moi, quoi de bon au pays ?

Alpha Condé : oh, pas grand-chose, c’est toujours la routine. Je me porte comme un charme. Je sais que cela ne plaît pas aux aigris, aux jaloux, aux haineux, mais bon, c’est leur affaire. Moi, ce qui m’intéresse, c’est comment développer la Guinée.

Lansana Conté : qui sont ces aigris, ces jaloux et ces haineux ?

Alpha Condé : ils se reconnaitront eux – mêmes, je n’ai pas besoin de les citer.

Lansana Conté : dis au moins un nom, c’est la curiosité qui a tué ma grand-mère

Alpha Condé : mort de rire ! Je fais allusion à ceux-là, qui organisent des marches tous les mercredis et des journées villes mortes tous les jeudis pour m’empêcher de travailler. Ils veulent rendre le pays ingouvernable mais ils perdent leur temps, sérieux.

Lansana Conté : Pour quel intérêt ? Pourquoi font- ils des marches ?

Alpha Condé : il faut poser cette question à  mon opposition. Ils sont tous des anciens ministres et des anciens premiers ministres, qui ont mis ce pays à genou. Ce qui me fait rire, c’est quand je vois parmi eux, des voleurs de tablettes, c’est triste.

Lansana Conté : je ne vois pas de qui tu parles, cesse de parler en parabole

Alpha Condé : on change de sujet. Que sont devenus mes compagnons de l’opposition ?

Lansana Conté : qui, par exemple ?

Alpha Condé : Jean Marie, Bâ Mamadou, Siradiou Diallo, Alpha Sow…

Lansana Conté : Jean Marie Doré se porte bien. Il passe son temps à vendre les journaux. Parfois, il passe à la maison pour demander de l’argent. Il s’est assagi, certes, mais il reste toujours égal à lui-même avec ses sorties imprévisibles.

Alpha Condé : Jean Marie Doré, vendeur de journaux ? Ce n’est pas possible. Je tombe des nues. Mais que l’au- delà est injuste

Lansana Conté : c’est le métier le plus prisé ici

Alpha Condé : comment ça ?

Lansana Conté : parce que tu es le premier à être informé de ce qui se passe au pays. En fin de compte, tu es sollicité partout, tu es plus qu’une star, je jure.

Alpha Condé : Mais je pense que Siradiou est mieux placé pour occuper ce poste ?

Lansana Conté : Siradiou est directeur de publication d’un magazine satirique, alors que Bâ Mamadou est consultant dans une banque de la place. Mais Jean Marie, lui, court derrière les voitures dans les rues pour vendre les journaux. Le soir, s’il a de l’argent, il passe dans les médias pour attaquer.

Alpha Condé : sacré Jean Marie comme l’a dit Ahmadou Kourouma, on ne peut pas séparer le molosse avec sa façon déhontée de s’asseoir. C’est un garçon très intelligent. Quand il a besoin d’argent, il appelle la presse pour faire des sorties fracassantes. Mais dès qu’il est désintéressé, il se fait aussitôt muet comme une carpe.

Lansana Conté : quand je vois Jean Marie, je pense aux élections législatives de 2002. Il criait partout qu’il avait eu 35 députés, alors qu’il n’avait même pas deux sièges. Il pouvait venir prendre de l’argent chez moi la nuit et m’attaquer le matin.

Alpha Condé : un homme aussi imprévisible que Jean Marie Doré, c’est Dadis Camara

Lansana Conté : qu’est-ce qu’il est devenu ce jeune capitaine ?

Alpha Condé : il s’est naturalisé Burkinabé depuis 2010.

Lansana Conté : pourquoi a-t-il choisi le Burkina ?

Alpha Condé : c’est à cause de son idole, Thomas Sankara. Il mange comme lui, s’habille comme lui, agit comme lui, regarde ses vidéos et l’imite dans tous ses gestes.

Lansana Conté : c’est de la folie ça !

Alpha Condé : j’ai tout fait pour qu’il reste guinéen, mais il a carrément refusé

Lansana Conté : je tombe des nues, et je n’en reviens pas

Alpha Condé : je te raconte une anecdote. A la veille du scrutin présidentiel de 2015, j’ai décidé de le faire revenir au pays. Mais dès l’escale d’Accra, il s’est mis à insulter Ouattara. Informées, les autorités ivoiriennes lui ont barré la route à Abidjan.

Lansana Conté : j’avais lu cet incident dans la presse. Mais je pensais qu’il voulait plutôt rentrer au pays pour témoigner sur le dossier du 28 septembre 2009

Alpha Condé : non, c’est faux. Tu vois comment la presse de Dalein manipule l’opinion en Guinée. Ils ne font pas des investigations. Ils mentent comme ils respirent.

Lansana Conté : mais que Dadis Camara est imprévisible 

Alpha Condé : et puis, je te dis, il avait refusé de prendre son passeport. Il faisait tout ça pour ne pas faire le voyage.

Lansana Conté : je ne lirais plus la presse, ils aiment trop inventer des histoires

Alpha Condé : Tiens encore, quand il avait perdu sa mère aussi au Maroc, j’avais tout fait pour que Dadis rallie N’zérékoré, via Conakry. Mais sa réponse, c’était de me dire que son marabout lui avait dit de passer par Casablanca, puis descendre sur Monrovia pour rallier N’zérékoré par la route. Et c’est exactement ce qu’il avait fait.

Lansana Conté : pourtant, il m’avait l’air très posé. Deux jours avant ma mort, je me rappelle que je lui avais donné le privilège de partager mon repas.

Alpha Condé : il a complètement changé. Actuellement, je passe à travers ses amis pour le dissuader de ne pas se naturaliser Burkinabé, mais nous l’avons perdu. Aujourd’hui, il est invité dans les cérémonies officielles à Ouaga, il va à la chasse.

Lansana Conté : je suis confus parce que selon ce que j’avais lu dans la presse, Dadis était plutôt confiné au Burkina Faso pour des raisons de convalescence.

Alpha Condé : quel est le journaliste qui a dit ça ? C’est un menteur de classe, c’est faux. C’est pourquoi j’ai dit aux journalistes que je ne lis pas les journaux, je ne vais pas sur internet et je n’écoute pas les radios. En Guinée, on aime trop mentir.

Lansana Conté : et Sékouba Konaté « El Tigre », qu’est-ce qu’il est devenu ?

Alpha Condé : Sékouba, depuis qu’il a quitté le pouvoir, tourne entre l’Ethiopie, la France et les USA. Je lui ai proposé le poste de ministre de la défense nationale. Sa réponse, c’était de me dire qu’il ne peut pas être président par intérim et devenir ministre.

Lansana Conté : mais Sékouba aussi me déçoit hein !

Alpha Condé : c’est la vérité. Il a dit qu’après le président par intérim, il veut être président de la république ou rien. Il oublie que l’ère des militaires est révolue en Afrique.

Lansana Conté : et ma fille adoptive ?

Alpha Condé : Hadja Halimatou Dalein Diallo ?

Lansana Conté : non, Chantale Colle ? Elle ne m’écrit plus, elle ne m’appelle plus

Alpha Condé : elle a créé un groupe de médias, elle a vendu ses actions chez MTN. Maintenant, elle est beaucoup plus présente en France. Elle est dans un projet des énergies renouvelables.

Lansana Conté : dis-lui qu’elle m’a oublié et que je salue son ami Lansana Kouyaté

Alpha Condé (mort de rire) : Je le lui dirais sans faute

Lansana Conté : et Cellou Dalein Diallo, mon fils adoré ?

Alpha Condé : c’est le chef de l’opposition. Il a perdu deux élections. Aujourd’hui, ses militants organisent des marches tous les mercredis et des journées villes mortes tous les jeudis pour demander son départ et son remplacement par Bah Oury.

Lansana Conté : qui est ce Bah Oury ?

Alpha Condé : c’était son numéro deux mais ils se sont brouillés depuis 2011.

Lansana Conté : et Cellou dans tout ça ?

Alpha Condé : Cellou aussi est d’accord mais il pose des conditions

Lansana Conté : C’est ma première nouvelle. Pour moi, les marches en Guinée, c’est pour réclamer les élections locales à temps, le respect des accords politiques et dénoncer l’impunité.

Alpha Condé : non, c’est la presse acquise à la solde de l’UFDG qui raconte ces sornettes. Depuis mon élection en 2010, mon régime n’a jamais connu des marches.

Lansana Conté : pourtant, j’ai eu Cellou Dalein Diallo au téléphone, qui m’a dit qu’en sept ans sous ton règne, il a enterré au cimetière de Bambéto 83 de ses militants tués par ta police contre 18 victimes du RPG durant mon régime.

Alpha Condé : Cellou Dalein Diallo a récupéré les statistiques des victimes des accidents de la circulation routière, données par la police, pour en faire ses propres victimes.

Lansana Conté : mais il m’a dit que ses militants sont tués par balles

Alpha Condé : Cellou est si honnête qu’il ne peut même pas bien mentir. Il n’a qu’à laisser ça à Makanéra ou à Telliano. Depuis 2010, j’ai retiré toutes les armes de la circulation. Et puis, chaque mois, je lui donne 500 millions de francs guinéens, cash.

Lansana Conté : Et Sidya Touré ?

Alpha Condé : c’est mon haut représentant. Il se vantait partout que c’est lui, qui avait donné l’électricité à la Guinée mais depuis Kaléta, il s’est tu. Or, Souapiti arrive.

Lansana Conté : techniquement, il est bien mais c’est un manipulateur

Alpha Condé : Kassory Fofana l’appelle un pied dedans, un pied dehors.

Lansana Conté : non, c’est ton pied, mon pied

Alpha Condé : maintenant, c’est un pied dedans, un pied dehors. Il a un ministre dans le gouvernement, il est haut représentant du Chef de l’Etat et se réclame de l’opposition.

Lansana Conté : Et Elhadj Boubacar Biro, le vieux qui voulait me déculotter ?

Alpha Condé : il est très fatigué au point, aujourd’hui, qu’il ne reconnait plus les gens

Lansana Conté : ah bon ? Mais comment ça ?

Alpha Condé : tantôt, il me prend pour Cellou. Tantôt, il prend Cellou pour moi

Lansana Conté : pourtant, il l’a rendu visite la dernière fois à Dixinn, selon la presse. Avant de partir, il a dit qu’il s’était trompé de choix au scrutin présidentiel de 2015.

Alpha Condé : c’est la preuve par dix qu’il n’est plus lucide. Il doit se reposer.

Lansana Conté : dis-moi, comment va la Guinée ?

Alpha Condé : la Guinée était un aigle enchaîné, mais après Ebola, il plane au-dessus de l’Afrique. Aujourd’hui, je suis le président de l’Union africaine. A cause de mon lobbying, nous allons organiser la CAN 2023.

Lansana Conté : mais en 2023, tu ne devrais pas être au pouvoir, tu dois penser à ton départ

Alpha Condé : c’est justement le sujet que je voulais aborder avec toi

Lansana Conté : je suis à ton écoute, si je peux aider, je le ferais avec plaisir

Alpha Condé : je voudrais une rencontre à trois avec Fodé « Aldjanna Soumah » pour en parler

Lansana Conté : dès que tu es libre, fais-moi signe, je l’appelle et on échange à trois

Alpha Condé : c’est promis, je vous reviens dans sous peu

Lansana Conté : je prends un repos et je te reviens

Abdoulaye Bah, témoin de l’entretien d’outre-tombes par la magie de facebook

Note de l’auteur : Seuls les personnages sont vrais (Photos crédit). L’entretien est pure fiction et les propos n’engagent nullement leur auteur. Nous osons croire que les lecteurs comprendront le sens de notre inspiration et les autorités nous épargnerons des poursuites judiciaires.

  • the human

    Très bien écrit. Félicitations

  • Amadou Tidiane Barry

    bien écrit