mardi, 17 janvier 2017, 08:47 GMT

L’indiscipline dans la circulation routière à N’Zérékoré prendra-t-elle fin un jour ?  Voila la question que se posent de nombreux habitants de la capitale de la région forestière, tellement que le phénomène est devenu persistant. Mais pour le Commissaire spécial de la police routière de N’Zérékoré, Michel Roger Bangoura, l’année 2017 sera la fin d’une longue période de recréation.

 

Au micro de la rédaction locale de Guinéenews, le Commissaire Bangoura a annoncé que son service sévira désormais contre tous ceux qui ne respecteront pas les règles de la circulation et notamment contre les conducteurs de taxi-motos.

« Il y a trop d’indisciplines dans la circulation routière à N’Zérékoré et surtout au niveau des conducteurs de taxi-motos. Ils ont demandé à ce qu’on les trouve des points de stationnement mais qu’ils ne respectent pas. A cause de l’argent, ils quittent souvent leurs milieux pour aller vers les clients alors que ce sont ces derniers qui doivent venir en principe vers eux. Vous allez beau parler mais ils ne veulent pas changer », a-t-il déploré.

Poursuivant, il dira que le manque d’effectif constitue de nos jours, un handicap majeur pour des opérations menées sur le terrain. « Notre problème majeur c’est le manque d’effectif qui est à la base de la plupart de nos faiblesses sur le terrain», s’est plaint le Commissaire spécial de la police routière de N’Zérékoré. 

Et d’ajouter : « je demande à tous ceux qui disent qu’ils sont chauffeurs ou tous ceux qui veulent embrasser ce métier à se professionnaliser en s’approchant des écoles de la place. Qu’ils se dirigent maintenant vers ces écoles pour la formation parce que nous avons déjà dit et le ministère des Transports a pris des dispositions par rapport à cet état de fait. Ne conduira plus une moto, qui le veut. En tout cas dans le cadre du transport en commun. Il faut que chaque conducteur de taxi-moto parte à l’école pour avoir au moins l’autorisation de conduire. C’est une mesure qui rentrera en vigueur en 2017 et nous serons intraitables sur son application. J’insiste à dire qu’à partir de 2017, tout chauffeur qui ne sera pas muni de son permis de conduire sera arrêté et la moto saisie. Mais,  le syndicat des transporteurs de taxi-motos est un obstacle. Et il faudrait bien qu’ils sachent que c’est pour leur propre sécurité et que la route parle. Il y a des panneaux et il faut qu’ils sachent les lire. »

Reste à savoir avec quels moyens, le Commissaire Bangoura et ses hommes comptent faire appliquer cette mesure. Surtout quand on sait que la police routière ne dispose pas d’un nombre suffisant d’agents et de moyens logistiques.

 

Facely Konaté

Correspondant à N'zérékoré, Guinée Forestière.

Facely Konaté