Cérémonie de lancement du Projet de Renforcement des Capacités de Gestion Intégrée des Frontières entre la Guinée et le Mali

28 avril 2017 12:12:25
0

Ce jeudi 27 avril 2017, le bureau de l’OIM Guinée accueillait la cérémonie officielle de lancement du Projet de Renforcement des Capacités de Gestion Intégrée des Frontières entre la Guinée et le Mali, en présence de Son Excellence Monsieur Hisanobu Hasama, Ambassadeur du Japon en Guinée, de Madame Fatou Diallo NDIAYE, Cheffe de Mission de l’OIM Guinée, de Monsieur Bakary Doumbia, Chef de Mission de l’OIM Mali et des représentants du Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile, et du Ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation.

Financé par le Gouvernement du Japon à hauteur de 1 573 000 USD à travers son Ambassade en Guinée, ce projet a pour objectif de renforcer la sécurité et le contrôle des frontières entre les deux territoires guinéen et malien. Il s’étalera sur une période de 12 mois, du 30 mars 2017 au 29 mars 2018.

Dans son discours de bienvenue, Madame Fatou Diallo NDIAYE a rappelé l’importance que revêt aujourd’hui la question de sécurité dans la zone sahélienne, et la volonté exprimée des gouvernements guinéen et malien en la matière, leur engagement auprès de l’OIM dans ce projet en étant l’illustration. Elle a également tenu à souligner la valeur de la contribution du Gouvernement japonais sans lequel ce projet n’aurait pu voir le jour.

Son Excellence Monsieur Hisanobu Hasama a insisté sur l’enjeu que représente la gestion frontalière pour la sécurité des états, évoquant la possibilité pour certains groupes ou individus armés de se mouvoir en se dissimulant parmi les migrants. Monsieur l’Ambassadeur a exprimé sa satisfaction de voir ce projet, développé en synergie entre le Japon, la Guinée et l’OIM, mis en œuvre, au bénéfice de la sécurité des guinéens.

Monsieur Cissé Sékou Amadou, Chef de cabinet, Représentant du Ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation, a souligné l’importance de mettre en place des outils de contrôle efficaces pour renforcer la sécurité nationale, rappelant les défis communs que doivent relever des pays frères que sont la Guinée et le Mali.

Enfin, le Représentant du Ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, Monsieur Antoine Sakouvogui, Directeur général du Renseignement Intérieur, a tenu a remercier l’OIM ainsi que le Gouvernement japonais pour ce projet d’intérêt commun qui permettra la réhabilitation et la construction de poste frontaliers pour une meilleure gestion des contrôles aux frontières.

La cérémonie s’est poursuivie par une présentation des activités du projet qui verra la construction de 4 postes frontières dans les préfectures de Siguiri et Mandiana en Guinée et Kangaba au Mali, et l’installation du système MIDAS (System d’Indentification et d’Analyse des Données des Migrants) permettant la collecte des données migratoires et de la gestion des flux migratoires aux postes frontaliers de Koulémalé Guinée et Mali. Les agents bénéficieront également de formations pour renforcer leurs capacités en termes de gestion frontalière et utiliser le système MIDAS. Les postes frontaliers seront réhabilités et équipés en matériels bureautiques et informatiques, et dotés de moyens de transport en fonction des besoins. Des réunions transfrontalières et des réunions transcommunautaires permettront de partager les expériences et ainsi d’améliorer la coordination entre les différents services de sécurité et entre les deux pays. Enfin des actions auprès des communautés transfrontalières viseront à la stabilisation des populations et à la bonne collaboration avec les autorités au niveau des deux frontières.

Cette cérémonie comptait également la présence de Monsieur Martin Kpoghomou, Directeur adjoint de la Police de l’Air et des Frontières, du Commissaire Divisionnaire de l’aéroport de Conakry-Gbessia, Abdourahmane Doumbouya, de Monsieur Djakaridja Diallo, Conseiller Technique du Ministre de la Sécurité et de la Protection Civile du Mali, de Monsieur Denka Keita, Directeur du Service National d’Action Humanitaire SENAH.

 

Coût du Projet :

1,573,000 USD

Durée :

Du 30 mars 2017 au 29 mars 2018 (12 mois)

Financement :
Gouvernement du Japon

Pour plus d’informations :

[email protected]