mardi, 17 janvier 2017, 08:55 GMT

Commémoration de l’an 1 du décès de Georges Gandhi

sam, 7 Jan 2017, 23:58

 

7 janvier 2016 – 7 janvier 2017, jour pour jour, cela fait un an que Georges Gandhi Faraguet Tounkara, leader politique et fondateur du parti UGDD a rejoint le royaume des cieux. Pour commémorer cette date anniversaire, les étudiants de l’Université Mercure International (UMI) qu’il a fondé, ont effectué une marche en présence de leurs encadreurs ainsi que d’autres universités, a-t-on remarqué ce samedi.

Lire plus

Programme de Funérailles de Feu Pépé François SOROPOGUI dit Pépé BETON

lun, 5 Déc 2016, 14:00

Lundi 05 Décembre 2016 de 17h00-18h00 Veillée de Prière

Mardi 06 Décembre 2016 de 17h00-18h00 Veillée de Prière

Mercredi 07 Décembre 2016 :

10h00- 10h30: Levée du corps à la morgue Ignace-Deen

A partir de 11h00 : Départ de la Morgue Ignace-Deen pour Lefouré-Dakha, Carrefour Wonkifon dans la Préfecture de Coyah.

 14h-15h : Messe et inhumation au domicile du défunt à Lefouré-Dakha15369223_1389398927767733_3560921153233443716_o

Lire plus

Annonce et Remerciements

jeu, 3 Nov 2016, 12:31

Dieu a donné, Dieu à repris, que le nom de Dieu soit loué

scan-003-copieLes Familles Kéita, Bérété, Kourouma, Camara, Chérif, Konaté, Traoré, Soumah, Parents, alliés remercient tous ceux qui, de près ou de loin, ont compati à leur douleur lors du décès de leur regrettée : Epouse, Mère, Sœur, Nièce, Grand-Mère, Belle-mère et Amie

Hadja Odia Keita

Née en 1940 à Kouroussa

Décédée le jeudi 27 octobre 2016 à Conakry dès suite de maladie

J’aurais tant voulu continuer avec vous, Dieu en a décidé autrement.

Alors souvenez-vous de moi dans vos prières

Lire plus

Ma chronique de politique fiction : la réplique de Condé à Conté

lun, 10 Oct 2016, 03:35

Une semaine après avoir accusé réception de sa missive, le locataire du palais Sékoutouréyah, Alpha Condé, a adressé une réponse, purement imaginaire, à feu Lansana Conté, hôte de l’au-delà. La lettre partira d’un moment à l’autre dès qu’il y aura un porteur. Nous espérons que les lecteurs sauront pardonner notre inspiration et nous comprendre.

Cher général-président

C’est avec étonnement, surprise et déception, que j’ai lu ta lettre du 2 octobre 2016. Dans ce papier, j’ai l’impression que tu parles d’une autre Guinée. Soit la Guinée Bissau, la Guinée équatoriale ou encore la Nouvelle Guinée. En tout cas pas la Guinée- Conakry.

Très sincèrement, je me sens touché au fond de moi-même, tant la gravité des accusations est grande. C’est pourquoi, je voudrais aujourd’hui te répondre moi-même. L’opposition me rend la vie infernale ici, voilà que d’autres veulent compliquer mon arrivée à l’au-delà. En te lisant, j’ai l’impression que j’ai plus d’opposants là-bas que des partisans. Je me demande que font les Fodé Soumah, Biriki Momoh, Bamba Camara à l’au-delà.

Mais comme je n’ai pas ma langue en poche, je voudrais éclaircir des zones d’ombre. Au commencement, tout ce que j’ai lu est faux de la première à la dernière ligne ! Je dirais au directeur de la RTG, Kaba Condé, de rédiger un démenti cinglant dans les heures. Cette fois, il doit s’abstenir de lire le démenti sur son portable de peur qu’il se plante.

Je rappelle que ce ne sont ni les agences de presse, ni les radios étrangères, ni les journaux, encore moins internet qui dirigent la Guinée. Je me suis battu pendant quarante ans pour la démocratie. Pendant ce temps, mes opposants d’aujourd’hui gouvernaient le pays, et on sait comment. Le président béninois Boni Yayi m’a dit un jour : « Tu es président, mais tu te comportes toujours comme un opposant ». Dans un sens, il a raison : je ne cesserai jamais de m’opposer à ceux qui veulent piller la Guinée.

Donc, je te dis tout ceci parce que je n’ai aucune leçon à recevoir dans ce domaine de qui que ce soit. Ces anciens premiers-ministres qui ne comprennent rien. Ils parlent d’économie, des petits comptables. On va démontrer qu’ils ne connaissent rien. Ce sont des nains politiques qui font du grand bruit dans les radios et racontent du n’importe quoi.

Ensuite, pour revenir aux accusations de Jean Marie Doré, je tombe des nues. Sérieux ! J’ai toujours dit et je répète qu’on doit les élections en Guinée à Sékouba Konaté. Certes, la gestion du pays lorsqu’il était président n’a pas toujours été au-dessus de tout soupçon. Mais Sékouba n’était pas Premier ministre et il ne cessait de dire : « Je ne suis pas un économiste, je signe tous les contrats que vous me présentez, mais vous vous expliquerez avec celui qui me succédera. » Il ne connaissait rien à ces histoires- là.

Donc, je ne le considère pas comme responsable de ces contrats léonins que nous remettons en cause aujourd’hui. Les vrais coupables, ceux qui ont guidé sa main, ont tenté de le dresser contre moi pour se protéger. Ils lui font croire que je le vise. À tort. Et ce sont ces gens-là, qui me dénigrent partout même à l’au-delà.

Conté, je ne répondrais pas à ceux qui disent qu’ils savent ceux qui ont empoisonné en 2010 et qui partent sans le dire. Ces gens qui s’agitent-là, c’est leur problème. Je m’en fous, c’est leur affaire. Ils n’ont qu’à s’agiter comme des cabris, ce n’est pas mon problème. Apparemment, ils ont juré de m’empêcher de réussir là où ils ont échoué, quitte à ramener les Guinéens à l’âge de pierre. Mais je ne les laisserai pas faire. Ceux qui y parviendront ne sont pas encore nés.

Dans ta lettre, j’ai appris aussi que 2 500 morts d’Ebola passent toute la journée à l’au-delà en train d’incriminer mon gouvernement. Quelle foutaise ! Si Ebola a tué, c’est par la faute de l’opposition. Ebola a éclaté à la veille des élections, et comme tu le sais, tous les arguments sont bons. Je suis professeur en droit, pas en médecine. Pour savoir qu’Ebola existait, il a fallu attendre la réponse du laboratoire de Dakar. C’est le moment choisi par l’opposition pour répandre que Bernard Kouchner et moi avions introduit Ebola en Guinée. Quand nous avions donné des consignes d’éviter de se saluer, l’opposition a initié une « journée nationale de poignée de main ». Juste pour saboter.

C’est facile d’accuser mon gouvernement mais cela ne nous fait ni chaud, ni froid. Pour preuve, quand 10.000 personnes ont assisté en fin décembre 2015 à Conakry, au méga concert organisé pour célébrer la fin d’Ebola en Guinée, l’opposition y était en grand nombre pensant que c’était le moment de se partager tous les fonds récoltés autour d’Ebola.

C’est pourquoi, si j’entends aujourd’hui Dr Fodé Oussou Fofana dire de changer le changement, je souris parce qu’il sait, avant mon élection, Conakry se limitait au pont 8 novembre et la Guinée au Km 36. Mais cinq ans après, Conakry est allée jusqu’au Km 36 et la Guinée hors des frontières. Pour preuve, en 2013, des militaires guinéens ont occupé Kpéaba, village ivoirien proche de Sipilou. Ils ont retiré le drapeau ivoirien pour hisser celui de la Guinée et destitué le chef du village pour installer un chef venu de la Guinée.

Pendant ce temps, nos militaires guinéens sont au front à Kidal. Bientôt, la Guinée s’étendra jusqu’au Nord-Mali. N’eut-été la fermeture de la frontière sénégalaise, on aurait annexé une partie du Sénégal. J’ai dit : « Guinea is back ». S’il plait à Dieu, je le ferais.

Les gens parlent, je ne réponds même pas. Je suis venu pour développer la Guinée. On peut annexer tous les pays, ne soyez pas pressés. On fait de notre mieux. Nous sommes sur la voie du changement. Ceux qui parlent, n’ont qu’à nous montrer ce qu’ils ont fait quand ils étaient au pouvoir. S’ils pensent que la Guinée va reculer, ils sont fous.

Cher Conté, je suis allé visiter la sous-préfecture de Dalein, d’où est originaire Cellou Dalein Diallo. Bien qu’il ait passé une décennie au gouvernement, en tant que ministre et Premier ministre, il n’y a rien à Dalein, ni marché, ni maison de jeunes, ni villa, ni hôpital. Rien. Il faudrait donc que je laisse Dalein croupir sous prétexte qu’il y a un scrutin? Non. Je suis président et, parmi mes obligations, il y a celle de visiter toutes les préfectures du pays. Ce que personne parmi eux n’a fait avant moi. J’en ai visité 120 en cinq ans.

A ceux qui disent aussi, à l’au-delà, qu’ils sont victimes de la répression policière, je leur réponds tout de suite. Je dis souvent que la Guinée est un véhicule à quatre roues. Mais sans une roue, la voiture ne bouge plus.

Dès mon élection en 2010, j’ai donné la primature à mes oncles les Soussous, la présidence de l’Assemblée nationale à la Guinée forestière. Je n’ai même pas fini de faire le partage, les autres ont pris les cailloux. Pourtant, je souhaitais mettre en place un gouvernement d’union nationale. Mais depuis Dakar, Cellou Dalein a aussitôt répondu qu’il ne voulait pas travailler avec moi.

Aujourd’hui, il m’accuse de tuer ses militants. Ce qui est faux. Depuis que je suis président, aucun politicien, aucun journaliste n’a été mis en prison. Sous mon règne, la réconciliation est devenue une réalité aujourd’hui. Si tu veux des preuves, je t’en donne. Tous les membres de ton cercle présidentiel qui se battaient hier se sont réconciliés aujourd’hui. Chantale a soutenu Cellou en 2010. Cellou fréquente Sylla Futurelec. Sidya a été au mariage de la fille de Kassory. Fodé Bangoura et Tidiane Souaré sont des amis.

Lors de la fête de Tabaski, l’imam de la mosquée Fayçal, Elhadj Mamadou Saliou Camara, le seul qui avait osé ôter le collier autour de ton cou, a été clair dans son sermon.

« C’est à notre président, le professeur Alpha Condé, que Dieu a confié la Guinée aujourd’hui. Il n’est plus du RPG mais le père de toute la nation guinéenne. Il est le père de l’UFDG, mais aussi de l’UFR. Il est le père de Cellou Dalein, de Sidya Touré et de Lansana Kouyaté. Donc, quiconque l’insulte aura insulté son père. Si tu l’insultes, tu auras insulté ton frère, ton chef parce que c’est à lui que Dieu a donné la Guinée aujourd’hui ».

J’ai appris enfin qu’on t’a dit que Cellou a gagné les élections, mais c’est du mensonge. Quand tu es décédé, le guinéens ont juste changé la lettre « t » de ton nom par « d » de mon nom. Et quand tu prends mon entourage, je n’ai fait que te remplacer. Le reste du groupe, je l’ai maintenu intact. Dan ce cas, comment Dalein peut prétendre être le vainqueur ?

Etant en instance de voyage sur Lomé au sommet des Chefs d’Etat de la CEDEAO sur la sécurité maritime, je m’arrête là tout en souhaitant un repos éternel au royaume céleste.

Amen !

Note de l’auteur : seuls les personnages sont vrais, la lettre relève purement de la fiction

Lire plus

Le vibrant hommage de Lamine Guirassy à sa grand-mère Hadja Daloba Fofana

dim, 9 Oct 2016, 23:18

Neuf ans après le décès de sa grand- mère, Hadja Daloba Fofana, le patron du groupe Hadafo Médias, Lamine Guirassy, fonde en fin 2007 la radio Espace FM. L’année-là, l’homme qui rêvait d’être gendarme, ignorait qu’il serait en moins d’une décennie plus tard, à la tête de l’empire médiatique le plus puissant et influent du pays.

Journaliste, animateur et fondateur du groupe Hadafo Médias, l’enfant de Boké a la radio dans le sang. Ceux qui l’ont côtoyé savent pertinemment qu’il passe l’essentiel de sa vie entre son studio hyper-équipé et son bureau sis au quatrième étage de son siège.

S’il a percé, Lamine Guirassy tient son succès fulgurant à la passion pour son métier, à la conviction pour ses idées et à ses expériences acquises dans les radios de l’Hexagone.

Bouleversé par la disparition de sa grand-mère adorée, l’animateur-vedette de l’émission « Les Grandes Gueules, a rendu un hommage émouvant à Hadja Daloba Fofana (Hadafo), d’où il tire le nom de son groupe, vingt ans après le décès de celle- ci.

Il faut avoir une pierre à la place du cœur pour rester insensible au hommage touchant du petit-fils à sa grand- mère.

Hommage

Tu en avais parlé depuis longtemps, et aujourd’hui nous y sommes. Tu voulais nous y préparer car tu savais bien que ce serait difficile. Aujourd’hui, et par lâcheté certainement, je ne suis pas si mécontent d’être aussi loin pour ne pas avoir à affronter cette réalité insupportable. On n’est jamais prêt pour ça. Pour moi, tu es vivante, et tu le resteras toujours au fond de mon cœur. Tous ces instants précieux passés avec toi et Papy ne seront pas que des souvenirs, ce sont des instants éternels où je pourrai à jamais me replonger pour retrouver la sérénité que l’on ressentait en ta présence. Je suis sûr qu’aujourd’hui encore, tu continues à communiquer ce sentiment autour de toi.

C’est plus facile d’être loin aujourd’hui pour moi, je peux imaginer comme dans ces films vous voir main dans la main franchir cette lumière blanche où vous atteindrez la paix éternelle, et où, malgré tout, vous serez avec nous pour toujours.

9 octobre 1996 tu t’en es allé. Tu aurais dit que c’est dans l’ordre des choses je crois, même si on ne peut pas l’accepter. Tu nous laisses des souvenirs merveilleux d’enfance, d’adolescence et même de jeune adulte que je suis encore aujourd’hui, même à mon âge. Ce sont des souvenirs qui nous construisent, qui font ce que nous sommes et nous aident à notre tour à préparer l’avenir.

J’ai une famille merveilleuse, tu en étais le noyau. La famille s’agrandit et ce sera à nous de prendre le relais. Tous vos arrière-petits enfants ne vous auront pas rencontrés, mais vous pourrez les voir de là où vous êtes quand ils arriveront. Vous nous laissez la lourde tâche de continuer sans vous, mais nous ferons de notre mieux pour vous rendre fiers de nous.

C’est sur des paroles d’avenir que je veux finir, car c’est là que tu regardais, Hadafo . Je me suis marié, ce sera très simple on t’avait dit déjà. J’ai 4 enfants merveilleux des enfants et je leur parlerai de toi .j’essaie à mon tour de leur transmettre le bonheur que tu m’as donné.

Au revoir Hadja Daloba Fofana,
Tu es là aussi aujourd’hui je sais

Lire plus

Alpha Condé honore les deux soldats guinéens tués à Kidal à titre posthume

mer, 9 Déc 2015, 14:46

 

Un hommage grandiose a été rendu ce mercredi 9 décembre 2015 au bataillon spécial du camp Samory Touré à Conakry par l’armée guinéenne aux deux casques bleus guinéens tués à Kidal (Mali). C’était en présence de la hiérarchie militaire, des diplomates français et maliens, d’une délégation des Nations Unies, des compagnons d’arme et des familles éplorées.

Lire plus