mardi, 17 janvier 2017, 08:53 GMT

Football : Pourquoi la Guinée devrait se retirer de l’organisation de la CAN 2023 ?

lun, 12 Déc 2016, 12:15

 

Cette question, on le voit de loin heurte fortement les orgueils et sensibilités, mais à voir comment vont les choses actuellement, il faut un électrochoc pour réveiller les esprits. La chienlit qui s’installe dans tous les secteurs économiques, il est téméraire de prétendre organiser des évènements de l’ampleur d’une coupe d’Afrique des nations pour polariser tous les feux sur lui.

Lire plus

Revirement électoral en Gambie : une cabrade qui ressemble à un aboi

sam, 10 Déc 2016, 16:15

 

Alors que tout s’est déroulé sans anicroches au Ghana, la première démocratie anglophone d’Afrique, tout à côté, « Ya-ya a dit nein-nein » (chez les Allemands, cela veut dire oui-oui et non-non,) au tangage des résultats de l’élection, qui le donnaient d’abord battu largement, chose qu’il a accepté avec beaucoup de naturel ; et puis, après le recomptage de la commission électorale, l’écart s’est réduit comme peau de chagrin, de 60 à 20 mille voix. Une mouche l’a piqué pour lui suggérer qu’il peut porter réserve sur le tâtonnement de la commission électorale et faire monter les enchères pour négocier et transiger sur d’éventuelles poursuites pénales pour l’ensemble de son œuvre. Il ne reconnait plus le résultat de l’élection du 1er décembre.

Lire plus

Économie – Réforme du secteur de la pêche : Alpha Condé remet de l’ordre en biais

mer, 7 Déc 2016, 16:04

 

La pêche est l’une des activités économiques les plus stratégiques et les plus sensibles de Conakry, la faiseuse des pouvoirs guinéens. Comme telle, elle a été gérée avec beaucoup laxisme et de complaisance. Les femmes de Conakry, à majorité des mareyeuses, ont su caresser les pouvoirs guinéens à lisse-poil : « Conté yo itan nan  bé (Conté, c'est toi qui est là, ndlr) ».

 

Lire plus

LONAGUI : Calvaire d’une société d’Etat sur fond de bafouement de directives du chef de l’Etat (Exclusif)

mar, 6 Déc 2016, 08:19

 

Auteur :  Ibrahima Sory KEÏTA, Directeur Général Adjointde la LONAGUI d’avant refondation

     

La Loterie Nationale de Guinée (LONAGUI) a fait l’objet de refondation depuis la série de décrets ayant débuté le 26 mai 2016, ce qui devait se traduire par la fin des errements du passé préjudiciables à une bonne évolution de la société.Force est cependant de constater qu’il n’en est malheureusement rien, et pire, les profondes divergences qui étaient exposées en interne, au sens large du terme, c’est-à-dire y compris auprès de la hiérarchie, sont portées actuellement devant les médias : sorties du Directeur Généralcontre des « collaborateurs » sur fond de détournement de grosses sommes d’argent, «tentative de fuite en France d’un Cadre poursuivi en justice» sur fond d’actions financières frauduleuses, irruption de Gendarmes à la LONAGUI, accusation de gestion opaque et familiale : tous ces thèmes font les choux gras de différents médias. Dès lors, la morale recommande, pour cette entreprise publique dont le débat est ainsi porté devant le public, de s’engager dans un devoir d’éclairage, d’autant plus qu’il est dit que la refondation opérée à la LONAGUI, servant ainsi de pionnière, doit être menée dans d’autres entreprises du secteur public n’étant pas organisées dans cette même configuration, d’où un tel devoir d’éclairage pourrait contribuer à cerner les éventuels correctifs à apporter au modèle à généraliser.

Lire plus

Défaite historique de Yaya Jammeh en Gambie : la réaction de Tibou Kamara

sam, 3 Déc 2016, 17:00

Joint au téléphone, l’ancien ministre d’Etat secrétaire général de la transition en Guinée, Tibou Kamara, s’est prononcé par rapport à l’issue de l’élection présidentielle gambienne marquée par la victoire surprise du candidat de l’opposition, Adama Barrow et de la défaite historique du président sortant, Yaya Jammey.

 

Lire plus

Election présidentielle française : Le tsunami aura-t-il lieu en France ?

jeu, 1 Déc 2016, 22:02

 

Les jeux sont ouverts à la Gauche dangereusement. Après la rencontre détendue du lundi entre François Hollande et Manuel Valls, l’idée que François Hollande ne se présenterait pas était nette, et qu’il se garderait de soutenir un ou une candidate. La décision ne fut pas facile à annoncer, ce jeudi soir, alors qu’il avait jusqu’au 15 décembre pour le faire, si les sondages étaient quelque peu favorables. Dans la situation qui prévaut, il fallait abréger le suspense et le malaise. C’est fait. Emmanuel Macron et Valls sont déjà connus pour être candidats. Que pense Ségolène Royal, elle qui, en 2007, avait failli prendre le dessus sur Nicolas Sarkozy ?

 

Quoi qu’il en soit, on connait déjà les deux premiers qualifiés et probablement le duo de tête et finalistes, Français Fillon, l’inattendu gagnant de la Droite, aura à en découdre avec l’inévitable Marine Le Pen. Du FN (Front National).

 

La situation de 2002 va-t-elle se répéter ? C’est la question qu’on peut se poser. Les circonstances sont si semblables : le FN de Jean-Marie Le Pen était arrivé en tête du premier tour ; il avait fallu que la Gauche, dirigée alors par Lionel Jospin,  donne sa langue à la Droite de Jacques Chirac pour lui barrer la route. Depuis, Jospin a raccroché les crampons. Ça, c’est du passé, les choses ont évolué. Pour endiguer la Marine, il faudra une coalition doublement plus forte qu’en 2002, au deuxième tour. L’inconnue et la mauvaise surprise seraient une forte abstention des militants blasés et déçus de Gauche et de Droite. Ceux du FN ne se feront pas prier. C’est là qu’il faut battre le briquet car, les militants et supporters de Sarkozy et de Juppé, qui ne blairent pas Fillon, ne se donneraient pas trop de peine. Ne peut-on pas dire de même des militants de la Gauche ?

 

Le tsunami aura-t-il lieu en France ? La question reste posée, puisqu’on ne sait pas encore dans quelle balance vont peser Poutine, Trump et Merkel.

Lire plus

Cuba: Fidèle Castro plus grand couché que débout

mer, 30 Nov 2016, 15:16

 

Pris pour le poids ou pour la tare et tous comptes faits, l’unanimité se dégage nettement que Fidèle Castro est acquitté par l’histoire. Ceux qui ont une pensée positive pour l’homme sont plus vibrants et plus nombreux que ceux qui se sont contenté de lapidairement le traiter de dictateur, du bout des lèvres.

Lire plus

Maroc : Entre le désir de revenir dans le giron africain et le refus de s’asseoir à la même table que les Algériens et Sahraouis

lun, 28 Nov 2016, 14:15

Le royaume du Maroc s’est posé et a posé à l’UA un grabat en quadrature du cercle vicieux. Qu’il n’arrive pas à blairer la République Sahraoui même quand la moitié des pays du continent a accepté cette entité comme membre observateur depuis qu’il a claqué la porte en 1984, est une chose, mais qu’il mette aussi l’Algérie dans le même panier. Au point de ne pas participer aux conférences et sommets, quand ces deux sont présents, cela met très mal à l’aise nombre de pays qui lui sont acquis. Certains absents à la Francophonie de Madagascar doivent avoir à dire, à ce sujet.

Lire plus